La dette des collectivités locales chinoises inquiète

lundi 30 décembre 2013 21h14
 

par Aileen Wang et Koh Gui Qing

PEKIN (Reuters) - La dette des collectivités locales chinoises atteignait 17.900 milliards de yuans (2.100 milliards d'euros environ) fin juin, montre un audit officiel publié lundi, un montant supérieur à certaines estimations indépendantes et qui plaide en faveur de nouvelles réformes des finances publiques.

En prenant en compte ce chiffre, la dette publique de la Chine représente environ 58% du produit intérieur brut (PIB).

Ce ratio ne fait certes pas craindre une crise financière mais il souligne la nécessité de maîtriser l'évolution de la dette pour préserver la croissance et la stabilité financière.

L'audit montre en effet que, dans certaines collectivités, plus de 20% des remboursements de dettes sont financés par de nouveaux emprunts et qu'un grand nombre d'entre elles ont massivement recours aux ventes de terrains pour honorer leurs obligations financières.

En outre, la majeure partie des emprunts des collectivités locales servent à financer des projets d'infrastructures, qui ne génèrent pas de recettes fiscales nouvelles.

Alors que Pékin affirme régulièrement que la dette des collectivités locales s'est stabilisée ces trois dernières années, les résultats de l'audit font état d'une hausse de 67% depuis 2011, même si ce chiffre prend en compte des dettes qui n'étaient comptabilisées il y a deux ans.

"Même si la dette publique globale de la Chine reste faible selon les standards de l'OCDE, le rythme de la hausse demeure alarmant", commentent Liu Li-Gang et Zhou Hao, économistes de la banque ANZ, dans une note.

"Les résultats de l'audit national sur la dette tendant à montrer que la dette des collectivités locales chinoises a pratiquement doublé en deux ans et demi environ."   Suite...

 
La dette des collectivités locales chinoises atteignait 17.900 milliards de yuans (2.100 milliards d'euros environ) fin juin, soit environ 58% du produit intérieur brut (PIB), selon un audit officiel, un montant supérieur à certaines estimations indépendantes et qui plaide en faveur de nouvelles réformes des finances publiques. Ce ratio ne fait certes pas craindre une crise financière mais il souligne la nécessité de maîtriser l'évolution de la dette pour préserver la croissance et la stabilité financière. /Photo d'archives/REUTERS/Carlos Barria