Le secteur des télécoms décroche en Bourse

vendredi 20 décembre 2013 10h47
 

par Alexandre Boksenbaum-Granier et Gwénaëlle Barzic

PARIS (Reuters) - Le secteur français des télécoms décroche une nouvelle fois en Bourse vendredi matin, Bouygues Telecom ayant remis de l'huile sur le feu dans la guerre des prix que se livrent les opérateurs sur plusieurs fronts: 4G, offres avec téléphones inclus et maintenant l'internet fixe.

A 10h05, le titre Iliad, maison mère de Free, chutait de 6,41% à 156,20 euros, affichant ainsi le repli le plus marqué du SBF 120 (+0,06%).

Au même instant Bouygues (-1,58%), Vivendi (-1,11%) et Orange (-0,91%) accusaient les plus fortes baisses du CAC 40. L'indice sectoriel européen gagnait quant à lui 0,31%.

Dans un entretien au Figaro, le PDG de Bouygues, Martin Bouygues, a annoncé que sa filiale Bouygues Telecom allait proposer l'an prochain des prix réduits dans l'internet fixe pour contrer le développement de Free, à l'origine d'une première offensive dans le mobile l'an dernier.

La nouvelle offre envisagée doit permettre aux clients intéressés de réaliser 150 euros d'économies par an par rapport aux offres disponibles actuellement sur le marché.

"C'est une mauvaise nouvelle (...) L'article ne nous précise pas vraiment si Martin Bouygues envisage de réduire les prix pour sa marque low cost B&You ou pour sa marque principale, auquel cas les conséquences seraient plus fortes car elles n'affecteraient pas seulement Iliad mais l'ensemble du secteur", estime un trader en poste à Paris.

Plus que l'annonce de Martin Bouygues, les investisseurs retiennent surtout l'avalanche de déclarations, parfois virulentes, dans le secteur après que Free a relancé les hostilités en intégrant le très haut débit mobile sans surcoût dans l'ensemble de ses offres.

GUERRE D'EGOS   Suite...

 
Le secteur des télécoms décroche une nouvelle fois en Bourse vendredi matin, Bouygues Telecom ayant remis de l'huile sur le feu dans la guerre des prix que se livrent les opérateurs sur plusieurs fronts: 4G, offres avec téléphones inclus et maintenant l'internet fixe. A 10h05, le titre Iliad, maison mère de Free, chutait de 6,41% à 156,20 euros, affichant ainsi le repli le plus marqué du SBF 120 (+0,06%). /Photo prise le 3 décembre 2013/REUTERS/Jacky Naegelen