Les valeurs suivies à la clôture de la Bourse de Paris

jeudi 19 décembre 2013 18h48
 

PARIS (Reuters) - Les valeurs du jour jeudi à la Bourse de Paris, où l'indice CAC 40 a clôturé en hausse de 1,64% à 4.177,03 points au lendemain de la décision de la Fed de réduire à partir de janvier ses achats mensuels d'obligations tout en indiquant qu'elle maintiendrait ses taux directeurs à un bas niveau pendant une longue période.

* PUBLICIS (+5,42% à 65,88 euros) a signé la plus forte hausse du SBF 120, le groupe profitant d'un regain d'intérêt des investisseurs depuis que des sources ont indiqué à Reuters que la Commission européenne allait autoriser sans condition la fusion avec l'américain Omnicom. Jefferies a relevé son objectif de cours sur la valeur française de 60 à 71,6 euros avec un conseil à l'achat.

Le secteur des médias européens (+2,33%) a été porté par le projet de fusion des activités de télé payante du groupe Mediaset (+16,45%) en Italie et en Espagne.

* LES VALEURS FINANCIERES et CYCLIQUES ont mené le mouvement.

* AXA a pris 3,38% à 19,435 euros, CREDIT AGRICOLE 1,85% à 9,094 euros, BNP PARIBAS 1,0% à 54,34 euros et SOCIETE GENERALE 1,49% à 40,835 euros.

VINCI, qui a remporté un contrat aux Etats-Unis pour un montant de 440 millions d'euros, a gagné 2,87% à 46,075 euros, SCHNEIDER ELECTRIC 2,83% à 61,5 euros, LAFARGE 2,73% à 52,61 euros.

* La perspective de taux durablement bas a profité également au secteur IMMOBILIER. UNIBAIL-RODAMCO a pris 1,05% à 177,35 euros, ICADE 2,1% à 65,55 euros.

* Ce contexte favorable a permis à TECHNIP, qui a remporté quatre contrats en mer du Nord, de gagner 3,73% à 65,14 euros sur des achats bon compte de même que CGG (+1,43% à 11,685 euros). Les deux tires avaient chuté ces deux derniers jours, respectivement de 10,5% et de 20%, sur des perspectives jugées décevantes annoncées par les deux groupes.

* EDF (-1,39% à 25,115 euros) a accusé la plus forte des rares baisses du CAC 40. Bruxelles a ouvert une enquête sur le projet de centrale nucléaire britannique mené par EDF.   Suite...

 
LA CLÔTURE DE LA BOURSE DE PARIS