Le Brésil choisit Saab, nouvelle déconvenue pour le Rafale

jeudi 19 décembre 2013 07h37
 

par Alonso Soto et Brian Winter

BRASILIA (Reuters) - Le Brésil a annoncé mercredi qu'il avait choisi d'équiper son armée de l'air avec les chasseurs Gripen NG construits par Saab au détriment des avions proposés par le Français Dassault et l'Américain Boeing.

Malgré une visite de François Hollande au Brésil la semaine dernière, il s'agit là d'une nouvelle déconvenue pour Dassault Aviation qui n'est toujours pas parvenu à vendre le Rafale hors de France.

"Nous regrettons que le choix se porte sur le Gripen, doté de nombreux équipements d'origine tierce, notamment américaine, qui n'appartient pas à la même catégorie que le Rafale: monomoteur et plus léger", a réagi le groupe français dans un communiqué.

"Le Gripen n'est pas équivalent en termes de performances et donc de prix. Cette logique financière ne prend en compte ni le ratio coût-efficacité favorable au Rafale, ni le niveau de la technologie offerte", ajoute-t-il.

Le F/A-18 de Boeing semble pour sa part avoir pâti des récentes révélations sur l'espionnage de la présidente brésilienne Dilma Rousseff par les Etats-Unis.

L'armée de l'air brésilienne doit désormais ouvrir des négociations avec Saab pour finaliser d'ici un an sa commande, destinée à remplacer sa flotte de Mirage obsolètes. Le premier avion sera livré deux ans plus tard et les livraisons se feront ensuite au rythme de 12 par an.

L'avionneur brésilien Embraer sera le principal partenaire local du Suédois.

Le contrat porte sur 36 Gripen pour un montant de 4,5 milliards de dollars (3,3 milliards d'euros), mais l'accord générera des milliards de dollars supplémentaires en livraisons futures et en contrats de service.   Suite...

 
Le Brésil a choisi d'équiper son armée de l'air avec les chasseurs Gripen NG construits par Saab au détriment des avions proposés par le Français Dassault et l'Américain Boeing, le Rafale (photo) et le F/A-18. /Photo prise le 17 juin 2013/REUTERS/Pascal Rossignol