Optimisme sur un accord définitif sur l'union bancaire

mercredi 18 décembre 2013 14h39
 

par Emmanuel Jarry et Jan Strupczewski

BRUXELLES (Reuters) - Un vent d'optimisme soufflait mercredi à Bruxelles sur la possibilité pour les ministres européens des Finances de conclure dans la journée 18 mois de négociations sur l'union bancaire après un accord au niveau de la zone euro.

Les ministres des Finances de la zone euro sont parvenus à l'aube à s'accorder sur les modalités d'un mécanisme unique de restructuration ou de fermeture des banques en faillite qui ne pèse plus sur les Etats et les contribuables.

Ils se sont notamment mis d'accord sur le principe d'un "filet de sécurité" commun, un des points qui posaient le plus de problèmes, en particulier de la part de l'Allemagne.

"Ça a été un soulagement d'y parvenir", a déclaré le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble.

Il a admis que cet accord ferait sans doute encore l'objet d'interprétations différentes dans les années à venir.

"C'est pourquoi nous, le gouvernement allemand, nous continuerons à pousser en faveur d'une gouvernance renforcée de la zone euro. Mais ça ne se fera pas d'ici Noël !"

Le commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires, Olli Rehn, n'a pas hésité à parler d'une "avancée décisive dans la construction d'une union bancaire en Europe".

Les ministres des Finances de la zone euro ont été rejoints par leurs autres collègues de l'Union européenne pour tenter de sceller à 28 un accord définitif sur ce mécanisme de résolution unique (MRU) avant le Conseil européen de jeudi et vendredi.   Suite...

 
Le ministre irlandais des Finances Michael Noonan accompagné du commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires, Olli Rehn (à gauche) et du commissaire européen au marché intérieur Michel Barnier (à droite), à Bruxelles. Les ministres des Finances de la zone euro sont parvenus aux premières heures de la journée de mercredi à un accord sur le financement de la fermeture éventuelle de banques en difficulté. /Photo prise le17 décembre 2013/REUTERS/François Lenoir