Les Bourses européennes ouvrent en baisse

mardi 17 décembre 2013 09h42
 

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes ont ouvert en baisse mardi, les investisseurs jouant la carte de la prudence avant le début d'une réunion de deux jours du comité de politique monétaire de la Fed, au cours de laquelle il pourrait être décidé de commencer à réduire le programme de rachats d'actifs de la banque centrale américaine.

Alors que les investisseurs pensaient jusqu'à récemment que la Fed ne commencerait pas à procéder au dénouement du "QE3" avant mars prochain, la publication de plusieurs indicateurs économiques solides a conduit un nombre croissant d'intervenants de marché à envisager une diminution du programme d'assouplissement quantitatif de la Fed dès cette semaine.

À Paris, le CAC 40 perd 0,85% (-35,08 points) à 4.084,80 points vers 08h20 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,27% et à Londres, le FTSE 0,6%. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 recule de 0,64%.

Aux valeurs, CGG VERITAS chute de plus de 13% et signe le plus fort repli de l'EuroStoxx 600 après son avertissement sur résultat pour cette année.

ORANGE perd 1,48% après que son concurrent Bouygues Telecom a annoncé lundi qu'il s'alignait sur l'offre de Free (+1,69%) en lançant le très haut débit mobile (4G) dès 19,99 euros par mois.

Sur le marché des changes, l'euro accentue sa progression face au billet vert et évolue proche de son plus haut de deux ans à 1,3811 dollar, en réaction aux bons indicateurs européens publiés lundi.

Dans ce contexte, les obligations du Trésor américain reculent légèrement, tandis que les futures sur Bunds sont quasi stables.

Les cours du pétrole sont en léger repli après la forte progression de la veille et dans l'attente de la décision de la Fed.

Constance De Cambiaire pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

 
Les principales Bourses européennes ont ouvert en baisse mardi. À Paris, le CAC 40 perd 0,85% à 4.084,80 points vers 08h20 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,27% et à Londres, le FTSE 0,6%./Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau