Impact moins fort que prévu de l'A350 sur EADS, l'action monte

mercredi 11 décembre 2013 21h04
 

par Tim Hepher et Alexandre Boksenbaum-Granier

PARIS (Reuters) - La maison mère d'Airbus EADS a déclaré mercredi que son programme A350 aurait un impact moins lourd que prévu sur sa rentabilité en 2015, ce qui a fait grimper l'action du groupe européen qui veut se recentrer sur un marché civil florissant.

Le groupe d'aéronautique et de défense, qui prendra l'an prochain le nom d'Airbus Group, a réactualisé ses prévisions pour 2015 à l'occasion d'une réunion investisseurs afin de prendre en compte les premières livraisons de son futur avion long-courrier.

Son président exécutif, Tom Enders, a déclaré que l'A350, qui a pour vocation de faire concurrence aux Boeing 787 et 777, "progressait bien" en vue d'une première livraison au second semestre 2014, conformément au calendrier prévu.

EADS avait jusque-là exclu l'A350 de son principal objectif financier, qui prévoit un doublement de la marge opérationnelle pour atteindre 10% d'ici 2015 sur une hypothèse de change de 1,30 dollar par euro.

Le groupe a précisé qu'il maintenait son objectif et ajouté qu'une fois prise en compte la première année complète de livraisons d'A350 en 2015, il se traduirait par une marge de 7 à 8%, un chiffre supérieur aux attentes du marché qui tournaient autour de 6%.

"Nous pensons que les estimations concernant la dilution de l'A350 étaient prudentes et donc c'est à juste titre interprété comme une surprise positive", commente dans une note Rob Stallard, analyste à RBC Capital Markets.

L'action d'EADS a clôturé sur un gain proche de 7,5% dans des volumes trois fois supérieurs à la normale, affichant la plus forte hausse du hausse CAC 40, après avoir essuyé une baisse de 7,4% sur les six jours précédents.

RASSURE SUR LE CASH FLOW ET LES MARGES   Suite...

 
Le groupe EADS, qui prendra l'an prochain le nom d'Airbus Group, entend maintenir une politique de dividende ambitieuse, avec un ratio de l'ordre de 30% à 40% des bénéfices versés aux actionnaires. /Photo prise le 9 décembre 2013/REUTERS/Philippe Wojazer