Les Bourses européennes terminent en baisse

mardi 10 décembre 2013 18h10
 

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en baisse à l'unisson mardi, dans l'attente de la réunion de la Réserve fédérale des 17 et 18 décembre qui pourrait déboucher sur l'annonce d'un début de retrait de ses mesures de soutien à l'économie.

Plusieurs responsables de la banque centrale ont laissé entendre lundi qu'elle pourrait commencer à réduire plus tôt que prévu ses rachats d'actifs effectués actuellement au rythme de 85 milliards de dollars par mois, ce qui inaugurerait une période d'incertitude pour les marchés qui, tout au long de l'année, ont bénéficié de ces injections de liquidités.

Hésitants ou stables à mi-séance, les indices européens ont piqué du nez l'après-midi dans le sillage de Wall Street.

L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 a cédé 0,56% et l'EuroStoxx 50 0,93%. A Paris, l'indice CAC 40 a reculé de 1,04% à 4.091,14, terminant à son plus bas de la séance. Le marché suisse a perdu 1,05%, Francfort 0,88% et Londres 0,55%.

"Les indices ont du mal à repartir vers leurs sommets de l'année. Les investisseurs sont tétanisés par les politiques plus ou moins accommodantes des banques centrales, et de plus en plus de gérants (...) coupent leurs positions afin d'acter la performance annuelle", note Guillaume Dumans, co-responsable de la recherche chez 2Bremans.

Tous les secteurs ont fini en baisse en Europe à l'exception de celui des télécoms, dont l'indice a pu grignoter 0,04% grâce à l'intérêt spéculatif pour Telecom Italia (+2,74%).

Plus forte baisse de l'EuroStoxx 50, EADS a été sanctionné d'un recul de 2,59% après l'annonce d'un plan de suppressions d'emplois critiqué par les gouvernements français et allemand.

Alcatel-Lucent a reculé de 2,44% sous l'effet de prises de bénéfice alors qu'au contraire STMicroelectronics, qu'il va remplacer au sein du CAC, a rebondi de 4,15% après son recul des derniers jours.

Sur le marché des changes, l'euro a atteint un plus haut de six semaines face au dollar et oscillait près d'un pic de cinq ans contre le yen, soutenu par une hausse des taux à court terme et l'apparente réticence de la Banque centrale européenne à prendre de nouvelles mesures d'assouplissement monétaire.   Suite...

 
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES