Les entreprises frileuses pour investir en 2014

mardi 10 décembre 2013 15h38
 

PARIS (Reuters) - Quelque 80% des PME ou entreprises de taille intermédiaire (ETI) françaises n'envisagent pas d'augmenter leurs investissements en 2014, surtout par manque de visibilité sur leurs carnets de commande, selon une étude publiée mardi.

Le baromètre annuel de l'assureur crédit Euler Hermes fait pourtant apparaître que les entreprises sortent de la crise avec de bons fondamentaux, s'agissant notamment de leur structure financière, ayant mené les ajustements nécessaires pour s'adapter à la faiblesse de la demande.

Leur frilosité fait que 2014 pourrait être une troisième année consécutive sans investissement en France, ce qui rendrait impossible le redémarrage des créations d'emplois espéré par le gouvernement.

"Cette prudence extrême sur les investissements semble être le chaînon manquant d'une vraie reprise en France en 2014", estime Ludovic Subran, responsable des études économiques d'Euler Hermes.

L'assureur crédit table sur une croissance de 0,6% du PIB français en 2014 et n'a pas exclu qu'elle accélère à 0,8% si l'investissement venait à redémarrer.

Mais parmi les 800 PME et ETI du panel de l'assureur crédit, seule une sur cinq envisage actuellement une hausse de ses investissements l'an prochain, contre une sur quatre en 2013. Pour les seules ETI, la proportion est d'une sur six en 2014 contre une sur trois en 2013.

Elles invoquent un manque de débouchés et de visibilité pour justifier cette prudence : 80% des entreprises citent l'anticipation de l'activité future comme facteur déterminant de leurs décisions d'investissement, loin devant les conditions de financement (10%) ou les aides publiques (10%).

Et près d'une sur deux déclare actuellement une visibilité de moins de six mois sur son carnet de commandes. Pour une sur trois, cette visibilité est même inférieure à trois mois.

Au-delà de la décision d'investissement, c'est la qualité de celui-ci qui devrait continuer de se dégrader en 2014.   Suite...

 
Quelque 80% des PME ou entreprises de taille intermédiaire (ETI) n'envisagent pas d'augmenter leurs investissements en 2014, surtout par manque de visibilité sur leurs carnets de commande, selon le baromètre annuel de l'assureur crédit Euler Hermes publié mardi. /Photo d'archives/REUTERS