EADS assume ses choix sur l'emploi

mardi 10 décembre 2013 16h54
 

par Matthias Blamont et Tim Hepher

PARIS (Reuters) - EADS s'est défendu mardi de sacrifier l'emploi sur l'autel de la rentabilité, estimant que son projet de réorganisation était déterminant pour l'avenir, et a assuré que les pouvoirs publics avaient été informés.

La maison mère d'Airbus a annoncé lundi la suppression de 5.800 postes en Europe au sein de ses pôles de défense et d'espace d'ici à la fin de 2016 dans le cadre d'une réorganisation de ses activités autour de trois nouvelles divisions.

En sus du non-renouvellement de contrats de travail temporaires (environ 1.300), la restructuration décidée par EADS portera sur 2.000 postes en Allemagne, 1.260 en France, 557 en Espagne, 450 au Royaume-Uni et 180 dans le reste du monde, a précisé mardi le directeur des ressources humaines du groupe, Thierry Baril.

"Ces chiffres sont un peu arrondis mais c'est la répartition qui a été communiquée hier à nos représentants syndicaux", a-t-il dit au cours d'une conférence téléphonique, ajoutant que des négociations allaient débuter avec le personnel.

Les discussions, qui porteront sur les reclassements possibles et des départs volontaires, devraient s'étaler jusqu'à la mi-2014.

"Le sujet ce n'est pas l'emploi en tant que tel, c'est la compétitivité. Nous nous sommes donné jusqu'à la mi-2014 pour négocier avec les organisations syndicales et avoir un accord. S'il y a un accord, tant mieux, mais s'il n'y a pas d'accord, nous procéderons à des licenciements", a précisé le directeur du marketing et de la stratégie, Marwan Lahoud.

Le siège parisien du groupe sera fermé tandis que plusieurs sites de petite taille, en France et en Allemagne notamment, feront l'objet de regroupements.

"COMPORTEMENT EXEMPLAIRE"   Suite...

 
Le siège d'EADS à Paris. La restructuration décidée par EADS portera sur 2.000 postes en Allemagne, 1.260 en France, 557 en Espagne et 450 au Royaume-Uni, selon le directeur des ressources humaines du groupe Thierry Baril. /Photo prise le 9 décembre 2013/REUTERS/Philippe Wojazer