Wall Street finit en hausse infime

lundi 9 décembre 2013 22h24
 

par Chuck Mikolajczak

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a terminé en très légère hausse lundi, des statistiques jugées positives en provenance de Chine, l'un des moteurs de l'économie mondiale, ayant pris le dessus sur des propos de plusieurs responsables de la Réserve fédérale américaine en faveur d'une diminution très prochaine de son programme de soutien à l'économie.

L'indice Dow Jones a gagné 0,03%, soit 5,33 points, à 16.025,53. Le S&P-500, plus large, a pris 3,28 points, soit 0,18%, à 1.808,37. Le Nasdaq Composite a avancé de son côté de 6,23 points (+0,15%) à 4.068,75.

Après les chiffres de l'emploi pour le mois de novembre, publiés vendredi, meilleurs que prévu, nombre d'intervenants de marché ont dit que cela augmentait le risque de voir la Fed réduire plus rapidement que prévu son programme d'assouplissement quantitatif troisième du nom ("QE3").

A ce stade, les acteurs du marché pensent qu'un début de dénouement du "QE3" ne devrait pas intervenir avant mars 2014.

Or, James Bullard, président de la Réserve fédérale de St-Louis, a déclaré dans la journée que la banque centrale américaine pourrait décider dès sa prochaine réunion, prévue dans moins de 10 jours, de réduire légèrement l'ampleur de son programme de soutien à l'économie afin de prendre acte d'une amélioration du marché du travail aux Etats-Unis.

De son côté, Richard Fisher, président de la Fed de Dallas et opposant de longue date programme d'assouplissement quantitatif de la Fed, a été encore plus affirmatif en disant qu'il était "temps" de diminuer l'ampleur de ce programme, estimant que les coûts qui y sont liés "dépassent de loin" ses avantages.

Depuis septembre 2012, la Fed achète chaque mois 85 milliards de dollars d'actifs obligataires afin de favoriser la croissance, l'investissement et les embauches. Cette injection massive de liquidités est le principal, voire le seul, facteur de hausse de Wall Street depuis le début de l'année.

Le S&P 500, indice de référence des gérants de fonds, affiche ainsi un bond de près de 27% depuis le 31 décembre 2012. Avant son recul accusé sur l'ensemble de la semaine dernière, il avait enchaîné huit semaines consécutives de hausse.   Suite...

 
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS