Risque réduit mais provisions en baisse pour les banques

dimanche 8 décembre 2013 18h27
 

par Laura Noonan

LONDRES (Reuters) - La plupart des grandes banques européennes ont vendu des actifs risqués au troisième trimestre mais elles ont moins provisionné leurs créances douteuses, une situation semble-t-il à redresser avant que la Banque centrale européenne (BCE) ne procède l'an prochain à un examen de la qualité de leurs actifs (AQR).

Les conclusions de la cet examen nourriront une batterie de tests de résistance dans l'Union européenne, censés déterminer si les banques devront constituer plus de fonds propres pour surmonter d'éventuels chocs futurs et éviter de répéter les errements de la crise financière de 2008-2009.

Une analyse de Reuters des résultats du troisième trimestre des 30 premières banques européennes montre que près des deux tiers des 27 qui publient des comptes trimestriels détaillés estiment que leur bilan était moins risqué fin septembre qu'il ne l'était fin juin, une façon de faire diminuer les besoins en capital.

En revanche près des deux tiers des établissements ont inscrit des provisions pour créances douteuses ou irrécouvrables moins importantes qu'un an auparavant et leur "ratio de couverture", soit ce qui est mis de côté pour couvrir les pertes par rapport au total des créances dépréciés, n'a augmenté que marginalement.

John Paul Crutchley, co-directeur de la banque européenne chez UBS, pensait l'inverse. "C'est sans doute parce qu'au stade du troisième trimestre, on ne savait pas du tout comment la BCE allait mener cet examen de la qualité des actifs (en zone euro) et les stress tests (tests de résistance)", a-t-il dit.

Lui-même et James Chappell, analyste de Berenberg, pensent que la situation aura évolué au quatrième trimestre, les banques en sachant plus sur les conditions que la BCE appliquera à la zone euro et que les régulateurs nationaux soumettront ailleurs.

Pour l'heure, les ratios de couverture varient amplement, de 94% pour la Commerzbank à moins de 50% pour d'autres banques. Ces ratios sont difficilement comparables d'un établissement à l'autre car ils n'emploient pas les mêmes paramètres mais on peut penser que la BCE les étudiera avec soin.

Les banques étaient supposées améliorer ces ratios avant les tests en provisionnant davantage mais dans l'ensemble ils n'ont augmenté que de 3% en moyenne sur 12 mois au 30 septembre parmi les 22 qui publient cette donnée. Neuf autres avaient un ratio en baisse, la plus forte étant enregistrée par Swedbank (-18,5%), qui n'a pas répondu aux sollicitations de commentaires.   Suite...

 
La plupart des grandes banques européennes ont vendu des actifs risqués au troisième trimestre mais elles ont moins provisionné leurs créances douteuses, une situation semble-t-il à redresser avant que la Banque centrale européenne ne procède l'an prochain à un examen de la qualité de leurs actifs. /Photo d'archives/REUTERS/John Schults