Reprise économique en Grande-Bretagne et austérité confirmée

jeudi 5 décembre 2013 15h27
 

par David Milliken et William Schomberg

LONDRES (Reuters) - Le ministre britannique des Finances George Osborne s'est félicité jeudi de la vigueur de la reprise économique mais s'est dit déterminé à maintenir une politique budgétaire rigoureuse au cours des années à venir.

A moins d'un an et demi des prochaines élections législatives, il a assuré que la politique actuelle pourrait ramener le budget à l'équilibre au cours de l'exercice 2018-2019.

"Nous avons gardé notre sang froid alors que ceux qui prédisaient que la croissance ne reviendrait pas tant que le robinet des dépenses ne serait pas rouvert ont montré qu'ils avaient constamment tort", a dit George Osborne au Parlement dans son discours semestriel sur la situation économique et budgétaire.

L'opposition travailliste avait critiqué la politique gouvernementale au début de l'année, lui reprochant de brider les perspectives de reprise. Le Fonds monétaire international (FMI) avait par ailleurs appelé Londres à augmenter les dépenses de relance.

Mais grâce à l'accélération soudaine de la reprise depuis le printemps, le gouvernement de David Cameron peut désormais espérer atteindre ses objectifs de réduction du déficit.

George Osborne a pu se vanter jeudi d'une croissance supérieure à celles de toutes les autres grandes économies avancées, Etats-Unis inclus, et annoncé la première baisse marquée du déficit depuis l'arrivée au pouvoir de la coalition actuelle en 2010.

En excluant l'impact des transferts de la Banque d'Angleterre et de Royal Mail, le déficit devrait être ramené à 6,8% du produit intérieur brut (PIB) sur l'exercice en cours, contre 7,5% prévu en mars.

Au rythme désormais anticipé, le déficit pourrait même être éradiqué d'ici l'exercice budgéta re2018-2019.   Suite...

 
Le ministre britannique des Finances George Osborne (à gauche), ici avec son adjoint Danny Alexander, s'est félicité jeudi de la vigueur de la reprise économique mais s'est dit déterminé à maintenir une politique budgétaire rigoureuse au cours des années à venir. /Photo prise le 5 décembre 2013/REUTERS/Alastair Grant/pool