BNP Paribas accélère en Pologne avec le rachat de BGZ

jeudi 5 décembre 2013 13h57
 

par Marcin Goclowski et Matthias Blamont

VARSOVIE/PARIS (Reuters) - BNP Paribas a annoncé jeudi son intention de racheter BGZ, la division polonaise du néerlandais Rabobank, une transaction estimée à environ un milliard d'euros qui doit permettre à la première banque de la zone euro de renforcer sa présence en Europe de l'Est.

La proposition doit encore obtenir l'aval du régulateur, lequel a émis des doutes ces derniers mois sur une opération impliquant BGZ, mais témoigne de la poursuite du mouvement de consolidation à l'oeuvre dans le secteur bancaire polonais.

"BNP Paribas et le groupe Rabobank ont annoncé avoir trouvé un accord en vue de la cession à BNP Paribas de la participation de 98,5% détenue par Rabobank dans la Banque BGZ (Bank Gospodarki Żywnościowej) pour un montant valorisant la banque à 4,2 milliards de zlotys (environ un milliard d'euros)", peut-on lire dans un communiqué.

"L'opération devrait avoir un impact mineur (environ -15 points de base) sur le ratio 'common equity tier one Bâle III' du groupe BNP Paribas et un léger effet relutif immédiat sur son résultat net par action (pro forma 2013)."

Au 30 septembre, le ratio common equity tier one Bâle III de BNP atteignait 10,8%.

L'offre de la banque française offre une prime de 14% par rapport à la valeur de marché de BGZ, onzième banque de Pologne par la taille de bilan.

A 13h45, l'action BNP progresse de 0,44% à 52,96 euros à la Bourse de Paris tandis qu'à Varsovie le titre BGZ gagne 5,88% à 76 zlotys après une pointe à 77,5 zlotys. Au même moment, l'indice sectoriel des banques de la zone euro avance de 0,1%.

Rabobank , condamné à une amende d'un milliard de dollars pour son implication dans le scandale de manipulation du taux interbancaire Libor, avait dit en juin réfléchir aux options à sa disposition pour sa filiale polonaise.   Suite...

 
BNP Paribas rachète BGZ, la division polonaise de Rabobank, pour 4,2 milliards de zlotys (un milliard d'euros). /Photo d'archives/REUTERS/Mal Langsdon