L'économie française est loin d'être tirée d'affaire

mardi 3 décembre 2013 17h54
 

par Jean-Baptiste Vey

PARIS (Reuters) - François Hollande compte sur la reprise économique pour sortir d'une impopularité qui fragilise son action mais une embellie à court terme est loin d'être assurée, tout comme l'amélioration de l'emploi censée l'accompagner.

Plusieurs indicateurs montrent que le rebond annoncé par l'exécutif a du plomb dans l'aile et de nombreux économistes jugent que les leviers pour redresser la situation font défaut.

Profitant déjà à plein du délai accordé par l'Europe pour redresser ses comptes, la France ne dispose en particulier d'aucune marge de manoeuvre pour stimuler l'activité par la dépense ou des baisses d'impôts. Pire, certaines hausses sont encore à venir, comme celle de la TVA le 1er janvier.

"On est clairement dans une phase de fragilité de l'économie française", explique Philippe Waechter, chef économiste de Natixis AM, en commentant les derniers indicateurs macroéconomiques mardi sur son blog.

Si l'on analyse à la fois la chute des indicateurs PMI de Markit en novembre et la stagnation du climat des affaires sous sa moyenne, "on n'est pas du tout en phase d'accélération de la conjoncture", dit-il.

"Et comme l'activité était très molle, ça ne suggère pas de signaux très forts sur le dernier trimestre 2013 et sur le début d'année 2014", ajoute-t-il, en soulignant parallèlement des tendances négatives sur le front de l'emploi.

Avant la publication de ces indicateurs, dont la version préliminaire avait fait dire à un économiste de Markit qu'ils auguraient d'une rechute de la France en récession, la Banque de France et l'Insee avaient annoncé prévoir un net rebond de l'économie au quatrième trimestre, après le repli du troisième.

Les économistes invitent également à la prudence sur les chiffres de l'emploi, après la baisse du nombre de chômeurs inscrits en catégorie "A" en octobre, saluée par l'exécutif comme le début de l'inversion promise de la courbe du chômage.   Suite...

 
François Hollande compte sur la reprise économique pour sortir d'une impopularité qui fragilise son action mais une embellie à court terme est loin d'être assurée, tout comme l'amélioration de l'emploi censée l'accompagner. /Photo d'archives/REUTERS/Dado Ruvic