27 novembre 2013 / 14:38 / il y a 4 ans

La tension dans le système financier au plus bas depuis 2007

Selon la Banque centrale européenne, les tensions observées dans le système financier de la zone euro sont revenues à des niveaux sans précédent depuis l'éclatement de la crise financière en 2007 mais le secteur reste fragile. /Photo prise le 1er août 2013/Ralph Orlowski

FRANCFORT (Reuters) - Les tensions observées dans le système financier de la zone euro sont revenues à des niveaux sans précédent depuis l'éclatement de la crise financière en 2007 mais le secteur reste fragile, a estimé la Banque centrale européenne (BCE) mercredi.

Dans sa "revue de stabilité financière" semestrielle, l'institution énumère les principaux risques pesant sur la zone euro, à savoir des chocs économiques et financiers, des tensions sur les marchés de la dette souveraine, des turbulences sur les marchés financiers et des difficultés de financement des banques des pays "périphériques".

"Les indicateurs mesurant les tensions systémiques sont retombées près de leur niveau d'avant-crise", déclare la BCE dans son rapport. "Les indicateurs de tension et les fondamentaux de la zone euro suggèrent une atténuation des tensions sur les marchés financiers, notamment pour ce qui concerne le financement des banques."

Des chiffres publiés parallèlement par la BCE sur son site internet montrent que l'indicateur du risque systémique de l'institution est revenu en septembre à son plus bas niveau depuis la création de l'euro et qu'il est resté depuis proche de ce niveau. Toutefois, la banque centrale note que la situation pourrait redevenir délicate pour les banques.

"Des montants importants de dettes bancaires arrivant à maturité au cours des prochains mois, des coûts de financement durablement élevés pour une série de banques en difficulté pourraient amplifier les pressions en faveur d'une nature désordonnée de l'endettement, avec un impact négatif sur la santé et la croissance économiques", explique-t-elle.

Le rapport plaide aussi pour la poursuite des réformes structurelles dans la zone euro comme de l'union bancaire.

L'institut d'émission note que les marchés immobiliers constituent un autre motif de préoccupation, certains pays restant exposés à un risque de baisse marquée.

Les prix immobiliers demeurent surévalués dans plusieurs pays du coeur de la zone euro, explique la BCE, qui mentionne la France, la Belgique et la Finlande pour l'immobilier résidentiel comme pour l'immobilier commercial. Elle évoque aussi une "importante surévaluation" dans certains villes d'Allemagne.

"Les perspectives des marchés immobiliers de la zone euro restent faibles", conclut-elle.

Sakari Suoninen, Marc Angrand pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below