Les valeurs suivies à la clôture de la Bourse de Paris

mardi 26 novembre 2013 18h41
 

PARIS (Reuters) - Les valeurs du jour mardi à la Bourse de Paris où l'indice CAC 40 a clôturé en baisse de 0,57% à 4.277,57 points. Les cours du pétrole sont remontés et le dollar a reculé, l'euro passant nettement au-dessus de 1,35 dollar (1,3557), alors que les doutes sur l'impact réel de l'accord international sur le nucléaire iranien a gagné les marchés.

* REMY COINTREAU a plongé de 8,31% à 66,0 euros et accusé la plus forte baisse du SBF 120 et de l'indice européen du secteur de l'agroalimentaire (-1,64%), son directeur général ayant estimé que la baisse du résultat opérationnel annuel 2013-2014 devrait être "de 20% ou légèrement plus", en raison de la baisse de son activité en Chine.

* PERNOD RICARD a perdu 2,6% à 84,33 euros, DANONE 2,02% à 53,78 euros.

* Des valeurs ayant une importante exposition en Chine comme ESSILOR INTERNATIONAL (-1,65% à 75,57 euros) ou ALSTOM (-1,35% à 26,28 euros) ont également cédé du terrain.

* Des valeurs liées au pétrole ont été pénalisées : TECHNIP (-3,28% à 71,27 euros) a accusé la plus forte baisse du CAC 40, VALLOUREC a perdu 1,93% à 40,855 euros.

* Contre la tendance, SAFRAN (+1,58% à 48,15 euros) a signé la plus forte hausse du CAC 40. Le courtier RBC a intégré le titre à la liste de ses valeurs favorites et relevé son objectif de cours de 56 à 60 euros.

* Les technologiques ont également été bien orientées. ALCATEL-LUCENT (+5,23% à 3,04 euros) a signé la plus forte hausse du SBF 120 suivi par SOITEC (+3,73% à 1,39 euro). Nomura a intégré Alcatel dans sa liste de valeurs préférées.

* FAURECIA s'est adjugé 3,49% à 25,25 euros. JP Morgan et CM-CIC Securities ont revu en hausse leur objectif de cours respectivement de 20 à 25 euros et de 24 à 34 euros.

* GAMELOFT a grimpé de 3,22% à 7,7 euros après avoir accusé lundi la plus forte baisse du SBF 120. La valeur a testé sa moyenne mobile à 50 jours (7,76 euros) après un rebond sur un support technique autour de 7,45.   Suite...

 
LA CLÔTURE DE LA BOURSE DE PARIS