20 novembre 2013 / 12:27 / dans 4 ans

Le Parlement européen adopte un budget en baisse de 6%

Le Parlement européen a adopté mercredi un budget 2014 de l'Union européenne en baisse de 6%, conformément à un accord passé le 12 novembre dernier avec les gouvernements de l'UE. /Photo d'archives/REUTERS/Thierry Roge

STRASBOURG (Reuters) - Le Parlement européen a adopté mercredi un budget 2014 de l‘Union européenne en baisse de 6%, conformément à un accord passé le 12 novembre dernier avec les gouvernements de l‘UE.

Il s‘établit à 135,5 milliards d‘euros pour les crédits de paiement, soit environ 1% du PIB des vingt-huit Etats membres.

Les crédits d‘engagement, qui permettent de lancer des programmes pour des dépenses à venir, s‘élèvent à 142,6 milliards.

En première lecture, les eurodéputés avaient rétabli le milliard d‘euros coupé dans les crédits de paiement par les Etats membres, en demandant un soutien accru à la lutte contre le chômage des jeunes, aux investissements de croissance, à la gestion des frontières et à l‘aide humanitaire.

Le Conseil n‘a concédé que 500 millions d‘euros.

Le Français Alain Lamassoure (UMP), président de la commission des budgets, s‘est félicité de ce résultat tout en invitant ses collègues à prendre “conscience des limites de cet effort”.

“Trois milliards à partager entre 8 millions de jeunes chômeurs, c‘est un euro par chômeur et par jour”, a-t-il souligné, ajoutant que “8% des crédits pour 2014 pourront être consacrés au financement de nouveaux projets”.

Environ deux tiers des dépenses de l‘UE iront dans les politiques traditionnelles que sont les subventions agricoles et les fonds de cohésion tels que les subventions pour le développement des infrastructures routières dans les pays du centre et de l‘est du continent.

Ce budget est le premier à s‘inscrire dans le nouveau cadre défini en février par les dirigeants de l‘UE pour les budgets de la période 2014-2020.

En contrepartie de la baisse des dépenses, le Parlement a obtenu que les fonds non dépensés lors d‘un exercice puissent être transférés sur le budget de l‘année suivante avec l‘accord des gouvernements de l‘UE, une flexibilité que la France présente comme un puissant levier pour débloquer les fonds.

Gilbert Reilhac, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below