Air France-KLM refuse d'injecter de nouveaux fonds dans Alitalia

jeudi 14 novembre 2013 15h35
 

par Cyril Altmeyer et Agnieszka Flak

PARIS/MILAN (Reuters) - Air France-KLM a refusé jeudi de participer à l'augmentation de capital d'Alitalia, déplorant un manque de mesures convaincantes pour en réduire la dette, mais le groupe a fait un geste de bonne volonté pour renforcer les fonds propres de la compagnie italienne en décidant de transformer ses obligations convertibles en actions.

Le groupe franco-néerlandais, actuellement premier actionnaire d'Alitalia, estime que le volet industriel du plan présenté mercredi soir par le conseil d'administration de la compagnie va dans la bonne direction. Mais il a fait de la restructuration de la dette abyssale d'Alitalia une condition préalable à toute injection nouvelle de fonds.

Une source proche du dossier avait déclaré mardi à Reuters que, dans ces conditions, il était hautement improbable qu'Air France-KLM souscrive à l'augmentation de capital de 300 millions d'euros votée mi-octobre par les actionnaires d'Alitalia pour permettre à l'entreprise de poursuivre son activité dans les prochains mois.

Alitalia a repoussé mercredi du 15 au 27 novembre la date-butoir pour participer à cette levée de fonds, dans l'espoir de convaincre Air France-KLM d'ici-là.

En passant son tour, AF-KLM verra sa participation de 25% dans Alitalia mécaniquement diluée. Mais le groupe a parallèlement annoncé son intention de transformer en actions ses obligations convertibles issues d'un prêt d'actionnaires accordé en février dernier pour un total de 95 millions et auquel il avait contribué à hauteur de 23,8 millions.

"Après conversion de ce prêt et à supposer que tous les actionnaires prêteurs convertissent et que l'augmentation de capital de 300 millions d'euros soit entièrement souscrite, notre participation devrait se trouver aux alentours de 7%", a indiqué à Reuters le directeur financier d'Air France-KLM Philippe Calavia.

Deux sources proches du dossier avaient auparavant situé la participation du groupe à un maximum de 10% au tour de table d'Alitalia après conversion de ses obligations.

"Cette opération permettra d'améliorer les fonds propres d'Alitalia tout en conservant des liens étroits au travers de la participation d'Air France-KLM au capital d'Alitalia", déclare le groupe franco-néerlandais dans un communiqué.   Suite...

 
Air France-KLM ne souscrira pas à l'augmentation de capital d'Alitalia , dont il est le premier actionnaire, jugeant insuffisantes les mesures de restructuration financières de la compagnie italienne. Le groupe détiendra donc au maximum 10% du capital de la compagnie italienne après cette opération. /Photo d'archives/REUTERS/Air France