Air France-KLM pas convaincu par le nouveau plan d'Alitalia

jeudi 14 novembre 2013 08h40
 

ROME (Reuters) - Air France-KLM, premier actionnaire d'Alitalia, a voté contre le plan industriel révisé de la compagnie aérienne italienne lors du conseil d'administration réuni mercredi, a-t-on appris de source proche du dossier.

Alitalia a annoncé son intention de réduire sa flotte moyen-courrier et d'augmenter le nombre de ses vols internationaux.

"Air France a salué ce plan, mais le problème de la dette demeure, ils ont donc voté contre", a précisé cette source.

Air France-KLM s'est refusé à tout commentaire.

Dans un communiqué, la compagnie italienne a déclaré que son plan incluait de "sévères baisses de coûts" mais n'a pas évoqué les très lourdes suppressions de postes -jusqu'à 2.000- et les baisses de salaires qui figuraient, selon des sources interrogées cette semaine, parmi les propositions sur la table.

Alitalia a précisé que la nouvelle version de son plan prévoyait de réduire sa flotte moyen-courrier et d'accroître le nombre de ses vols internationaux et intercontinentaux dans le but d'augmenter le chiffre d'affaires en privilégiant le marché long-courrier, plus rentable.

Le conseil d'administration a également annoncé le report au 27 novembre de la date limite fixée à ses actionnaires pour souscrire ou non à son augmentation de capital de 300 millions d'euros, donnant ainsi un délai de réflexion au premier d'entre eux, Air France-KLM.

Une participation du groupe franco-néerlandais à cette augmentation de capital est hautement improbable en raison de l'absence de mesures pour réduire la dette de la compagnie italienne, a déclaré mardi une source proche du dossier.

Si Air France-KLM passe son tour, sa participation sera diluée de 25% à environ 7% du capital d'Alitalia.   Suite...

 
Selon une source proche du dossier, Air France-KLM, premier actionnaire d'Alitalia, a voté contre le plan industriel révisé de la compagnie aérienne italienne lors du conseil d'administration réuni mercredi. /Photo d'archives/REUTERS/Max Rossi