EADS abaisse son objectif de free cash flow pour 2013

jeudi 14 novembre 2013 11h02
 

par Cyril Altmeyer et Tim Hepher

PARIS (Reuters) - EADS a abaissé jeudi son objectif de flux de trésorerie disponible pour 2013 sous l'effet conjugué des montées en puissance de production et de développement de programmes et des restrictions budgétaires gouvernementales.

Le groupe européen d'aérospatiale et de défense, qui se rebaptisera Airbus Group le 1er janvier 2014, a cependant confirmé ses objectifs de résultats pour 2013 et relevé les objectifs de commandes et de livraisons d'Airbus.

L'action cède 1,08% à 51,23 euros vers 10h00, accusant la plus forte baisse du CAC 40. Le titre a toutefois gagné 74% depuis le début de l'année.

"C'est globalement en ligne avec ce qu'on attendait mais il n'y a rien de très positif pour compenser la guidance de free cash flow qui n'est pas très bonne. Je prévoyais un risque à ce sujet mais je ne pensais pas qu'il était aussi important", a résumé Yan Derocles, analyste chez Oddo Securities.

EADS table désormais sur un flux de trésorerie négatif de 1,5 milliard d'euros avant financements clients et acquisitions en 2013 alors qu'il l'anticipait auparavant à l'équilibre.

Au moment où l'austérité frappe les budgets de défense en Europe, Harald Wilhelm a précisé qu'un tiers de ce solde négatif tenait aux contraintes budgétaires attendues chez certains clients gouvernementaux, le reste étant lié à la montée en puissance des programmes du groupe.

Sur les neufs premiers mois de l'année, le flux de trésorerie est négatif à hauteur de 4,815 milliards d'euros -contre 3,235 milliards un an plus tôt- avec pour 2,1 milliards d'euros d'investissement pour l'essentiel liés au programme du futur long-courrier A350 qui demeure "ambitieux".

INTERROGATIONS SUR L'A380   Suite...

 
EADS a abaissé son objectif de flux de trésorerie disponible pour 2013 sous l'effet conjugué des montées en puissance de production et de développement de programmes et des restrictions budgétaires gouvernementales. /Photo d'archives/REUTERS/Tobias Schwarz