La reprise de l'économie française marque un coup d'arrêt

jeudi 14 novembre 2013 13h10
 

par Yann Le Guernigou

PARIS (Reuters) - La reprise de l'économie française amorcée au printemps a marqué un coup d'arrêt plus prononcé que prévu au troisième trimestre, sous l'effet d'une rechute de l'investissement des entreprises et d'un commerce extérieur en berne.

La baisse de 0,1% du produit intérieur brut annoncée jeudi par l'Insee pour la période, venant après un vif rebond de 0,5% confirmé pour le deuxième trimestre, n'invalide cependant pas le scénario d'une reprise très progressive de l'activité, si ce n'est qu'elle risque d'être soumise à des à-coups.

L'Insee a fait état dans le même temps d'un ralentissement des destructions d'emplois dans le secteur privé entre juillet et septembre et d'une inflation tombée le mois dernier à son rythme le plus faible (0,6% sur un an) depuis fin 2009.

"Nous savions que le troisième trimestre marquerait un creux, ce n'est pas une surprise, ce n'est pas un indicateur de déclin, ce n'est pas une récession", a déclaré le ministre de l'Economie Pierre Moscovici.

"Nous sommes au moment où la machine économique redémarre, où la croissance repart, où les entreprises françaises vont mieux", a-t-il ajouté sur RTL en soulignant que, en dépit du recul du troisième trimestre, l'économie française évolue sur un rythme de croissance de 1% par an.

Vingt-deux économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une croissance de 0,1% au troisième trimestre.

L'Insee, dans sa note de conjoncture publiée en octobre, anticipait une stagnation du PIB pour la période, avant une reprise de 0,4% au quatrième trimestre également prévue maintenant par la Banque de France.

RALENTISSEMENT EN ALLEMAGNE   Suite...

 
LA CROISSANCE FRANÇAISE