Nouveaux records du Dow Jones et du S&P, portés par Macy's

mercredi 13 novembre 2013 22h28
 

NEW YORK (Reuters) - La Bourse de New York a terminé en hausse mercredi et les indices phares Dow Jones et Standard & Poor's 500 ont inscrit de nouveaux records de clôture, les solides résultats du groupe de grands magasins Macy's étant jugés rassurants à l'approche de la saison des achats de fin d'année.

Le Dow Jones a gagné 70,96 points, soit 0,45%, à 15.821,63, un niveau de clôture sans précédent. Le Standard & Poor's 500, plus large et principale référence des gérants de fonds, a pris 14,31 points (+0,81%) à 1.782,00, là encore un record, et le Nasdaq Composite, à forte composante technologique, a progressé de 45,66 points (+1,16%) à 3.965,58.

Le S&P 500 a notamment profité du bond de 9,39% de l'action Macy's après l'annonce de ventes à périmètre comparable supérieures aux attentes au troisième trimestre. La valeur a permis à l'indice sectoriel des produits de consommation non-contrainte de prendre 1,59%.

Au sein du Dow, Home Depot, le n°1 mondial des magasins de bricolage et d'aménagement intérieur, s'est adjugé 1,86%, la meilleure performance de l'indice.

Les investisseurs restent toutefois prudents avant l'intervention de Janet Yellen devant la commission bancaire du Sénat dans le cadre de la procédure devant aboutir à sa nomination à la présidence de la Fed.

"Je crois que l'audition de Yellen, c'est ce que tout le monde attend", explique Brian Battle, de Performance Trust Capital. "Ce sera notre première occasion de la voir répondre à des questions sur sa conception de la Fed."

HÉSITATIONS

De son côté, Ben Bernanke, l'actuel président de la Réserve fédérale, devait s'exprimer ce mercredi à 19h00 à Washington (00h00 GMT), mais sur un sujet sans lien direct avec la politique monétaire.

Mardi, le président de la Fed régionale de Minneapolis, Narayana Kocherlakota, et celui d'Atlanta, Dennis Lockhart, avaient estimé que la politique monétaire devait rester accommodante mais leur homologue de Dallas, Richard Fisher, avait déclaré à CNBC que le programme d'achats d'obligations ne pourrait pas être maintenu éternellement.   Suite...

 
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS