November 12, 2013 / 7:51 AM / 4 years ago

La BdF attend un rebond de la croissance au 4e trimestre

3 MINUTES DE LECTURE

La Banque de France prévoit une croissance de 0,4% de l'économie française au quatrième trimestre de cette année dans sa première estimation fondée sur son enquête mensuelle de conjoncture d'octobre publiée mardi. /Photo d'archives/Thierry Roge

PARIS (Reuters) - La Banque de France prévoit une accélération de la croissance de l'économie française au quatrième trimestre de cette année (+0,4%), qui ferait suite à un ralentissement au troisième.

Cette prévision conforte les plans du gouvernement, qui table sur une hausse du PIB de 0,1% sur l'ensemble de 2013 - une prévision jugée prudente - après une série d'indicateurs confirmant le ralentissement au troisième trimestre.

L'Insee publiera jeudi les chiffres de la croissance du troisième trimestre, qui feront suite à une hausse de 0,5% au deuxième.

La Banque de France, qui publiait mardi cette première estimation fondée sur son enquête mensuelle de conjoncture d'octobre, avait abaissé début octobre sa prévision pour le troisième trimestre, à 0,1% contre 0,2% auparavant.

Son enquête d'octobre fait apparaître une hausse de deux points de l'indicateur du climat des affaires dans l'industrie par rapport au mois de septembre, à 99, et une stabilité dans les services, à 93, les deux se situant en-dessous de leur moyenne de long terme (100).

"En octobre, la production industrielle progresse dans la plupart des secteurs, notamment la chimie, la pharmacie et l'aéronautique", écrit la Banque de France, ajoutant que "selon les chefs d'entreprise, la progression de l'activité devrait se poursuivre en novembre".

"L'activité progresse dans les services, notamment dans l'information-communication et le travail temporaire ; les transports rebondissent", poursuit-elle. "En novembre, les chefs d'entreprise prévoient la poursuite de la progression de l'activité."

Dans l'industrie, les livraisons augmentent et la hausse des commandes contribue à remplir des carnets que les chefs d'entreprise estiment quasi normaux. Les prix des produits finis sont stables, les effectifs se contractent légèrement et les trésoreries se maintiennent.

Le taux d'utilisation des capacités de production augmente pour le deuxième mois consécutif, à 76,4%, après une forte hausse en septembre.

Dans les services, les effectifs augmentent, les prix s'effritent et les trésoreries restent en-deçà de leur moyenne de longue période.

Jean-Baptiste Vey, édité par Marine Pennetier

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below