Havas ralentit au 3e trimestre, pénalisé par les Etats-Unis

mercredi 6 novembre 2013 19h49
 

par Gwénaëlle Barzic

PARIS (Reuters) - Havas a fait état mercredi d'un ralentissement surprise de sa croissance au troisième trimestre, pénalisé par une contraction de son activité aux Etats-Unis sous le coup de la perte de plusieurs clients.

Le sixième groupe publicitaire mondial a vu ses revenus en Amérique du Nord se contracter de 1,9%, une contre-performance qui a éclipsé l'amélioration de son activité en Europe.

"Nous avons enregistré plusieurs pertes de contrats en particulier sur la période du troisième trimestre où deux importants clients dans le secteur de la santé ont réduit leurs investissements", a expliqué le CEO monde d'Havas, David Jones, lors d'une conférence téléphonique.

La croissance du groupe en Amérique du Nord devrait rester atone voire être légèrement négative lors des trois derniers mois de l'année en raison de bases de comparaison difficiles, a prévenu le numéro deux d'Havas qui mise toutefois sur un retour à une croissance solide dans la région l'an prochain.

En incluant l'ensemble de ses activités, Havas a dégagé sur la période un chiffre d'affaires de 411 millions d'euros, faisant ressortir une croissance organique de 1,2%, contre 1,7% lors des trois mois précédents.

Le marché tablait au contraire sur une accélération de la croissance à la faveur de l'amélioration de la tendance des investissements publicitaires en Europe où le groupe réalise la moitié de ses revenus.

Des estimations d'analystes allaient de 1,7% à 3%.

Les chiffres publiés par Havas, dernier grand groupe publicitaire à annoncer ses trimestriels, se révèlent nettement inférieurs à ceux enregistrés par ses principaux concurrents.   Suite...

 
Le groupe publicitaire Havas a enregistré un ralentissement surprise de sa croissance organique au troisième trimestre (à 1,2% contre 1,7% lors du trimestre précédent), pénalisé par une contraction de son activité aux Etats-Unis liée à des pertes de contrat. /Photo prise le 8 septembre 2013/REUTERS/Benoît Tessier