Alstom supprime 1.300 postes

mercredi 6 novembre 2013 19h45
 

par Benjamin Mallet

PARIS (Reuters) - Alstom a annoncé mercredi son intention de vendre une participation minoritaire dans son pôle Transport et de supprimer dans un premier temps 1.300 postes pour accélérer ses économies, surtout en Europe, après une forte détérioration de ses commandes et de sa génération de trésorerie sur six mois.

Pénalisé notamment par un marché de centrales à gaz atone en Europe, le spécialiste des infrastructures électriques et ferroviaires veut également vendre des actifs non stratégiques, son programme de cessions devant lui rapporter au total entre un et deux milliards d'euros d'ici à décembre 2014.

"Nous souhaitons pouvoir à la fois renforcer notre bilan et, en cas de besoin, procéder à des acquisitions qui nous permettraient de développer des axes de notre stratégie", a expliqué lors d'une conférence son PDG Patrick Kron, précisant qu'aucune grosse opération de croissance externe n'était envisagée.

Alors qu'Alstom cherche à la fois des partenaires industriels et des investisseurs financiers pour son pôle Transport, dont les activités incluent la construction des TGV et des systèmes de signalisation, Patrick Kron a précisé qu'il n'excluait pas d'introduire ce pôle en Bourse.

"Je ne sais pas vous dire si on va vendre 20-30% (...), mais nous avons le temps", a-t-il ajouté.

Alstom a fait savoir qu'il prévoyait d'autres suppressions de postes dans le cadre de son plan d'économies, qui doit progressivement atteindre 1,5 milliard d'euros à l'horizon d'avril 2016.

Dans ce cadre, a précisé le groupe, ses charges de restructuration devraient représenter entre 150 et 200 millions d'euros par an, contre 100 à 150 millions prévus précédemment.

Son PDG a également déclaré que les 1.300 suppressions de postes envisagées dans un premier temps concernaient notamment l'Allemagne, dans les chaudières à charbon. En France, elles seront essentiellement ciblées sur les fonctions centrales, en particulier les services informatiques.   Suite...

 
Alstom compte supprimer, dans un premier temps, 1.300 postes pour accélérer ses économies, surtout en Europe, après une forte détérioration de ses commandes. /Photo prise le 6 novembre/REUTERS/Philippe Wojazer