5 novembre 2013 / 17:50 / il y a 4 ans

Les valeurs à suivre à la clôture de la Bourse de Paris

LA CLÔTURE DE LA BOURSE DE PARIS

PARIS (Reuters) - Les valeurs du jour mardi à la Bourse de Paris, où l'indice CAC 40 a accentué ses pertes et terminé en baisse de 0,82% à 4.253,34 points, les investisseurs ayant joué la carte de la prudence dans l'attente de la décision de politique monétaire de la Banque centrale européenne jeudi.

Par ailleurs, selon les nouvelles prévisions de la Commission européenne, la reprise en 2014 sera un peu plus lente qu'estimé au printemps.

* ORANGE (-3,94% à 9,75 euros) a accusé le plus fort recul des indices CAC 40 et Stoxx du secteur européen des télécoms (-0,45%), pénalisé par une offre internet à prix réduit lancée par B&You, la gamme low-cost de Bouygues Telecom, des investisseurs craignant une nouvelle guerre des prix dans le secteur.

BOUYGUES a reculé de 2,99% à 28,24 euros et ILIAD de 1,56% à 166,8 euros. VIVENDI (-0,24% à 18,665 euros) a davantage résisté après avoir conclu un accord définitif avec le groupe émirati Etisalat en vue de la vente de sa participation de 53% dans l'opérateur Maroc Telecom.

* Le SECTEUR BANCAIRE de la zone euro a reculé de 1,05% avant la réunion mensuelle de la BCE jeudi, à l'issue de laquelle certains espèrent l'annonce d'une baisse des taux d'intérêt.

Par ailleurs, la Commission européenne est sur le point d'infliger des amendes à six banques, dont les françaises SOCIETE GENERALE (-2,60% à 40,35 euros) et CREDIT AGRICOLE (-0,49% à 8,754 euros), pour manipulation présumée du taux interbancaire de référence Euribor, a-t-on appris mardi d'une source proche du dossier.

BNP PARIBAS a cédé 1,39% à 53,23 euros.

* Le SECTEUR AUTOMOBILE européen (-1,06% plus fort recul sectoriel) a été plombé par BMW (-2,87% à 81,2 euros), après une baisse plus forte qu'attendu du bénéfice d'exploitation de ses activités automobiles au troisième trimestre.

RENAULT a cédé 2,22% à 59,85 euros, le constructeur français ayant encore pâti de l'avertissement lancé vendredi par son partenaire Nissan, qui a fait plonger le titre du constructeur japonais de plus de 10% à la Bourse de Tokyo.

De son côté, MICHELIN a abandonné 1,22% à 76,37 euros tandis que PSA a reculé de seulement 0,10% à 10,08 euros, les investisseurs saluant ainsi le rebond des ventes du groupe en France le mois dernier.

* A rebours de tendance, PUBLICIS (+1,8% à 63,93 euros) a signé la plus forte des rares hausses du CAC 40. Goldman Sachs, qui a porté son objectif sur le titre à 80,6 contre 73 euros, a estimé que la fusion avec Omnicom permettait d'envisager une hausse des marges du groupe grâce à des économies d'échelle, tout en réduisant son profil de risque.

* SAINT-GOBAIN (+1,10% à 38,96 euros) s'est appuyé sur un support technique situé entre 38,2 et 38,3 euros.

* ARCELORMITTAL a pris 0,84% à 12,015 euros avec le secteur des ressources de base (+2%), plus forte hausse sectorielle en Europe, soutenu par la progression des cours du cuivre (+0,2%) et les propos de l'un des responsables de la Fed selon lesquels la politique monétaire américaine restera accommodante dans un avenir prévisible.

ERAMET a gagné 2,36% à 72,56 euros et APERAM 1,81% à 12,905 euros.

* ALCATEL-LUCENT (+5,04% à 3,0 euros) a terminé en tête des hausses du SBF120, au lendemain d'une baisse de 3,8% liée à l'annonce de trois opérations financières, dont une augmentation de capital de 955 millions d'euros.

* AB SCIENCE a grimpé de 2,92% à 17,98 euros dans des volumes représentant près de six fois leur moyenne quotidienne des trois derniers mois sur NYSE Euronext, soutenue par le passage en phase 3 d'une étude sur une de ses molécules phare.

* EUROFIN (-4,28% à 190 euros) a enregistré la plus forte baisse du SBF120, dans des volumes représentant 2,4 fois leur moyenne quotidienne des trois derniers mois, le titre ayant ouvert "un gap baissier" compris entre 197,1 et 196,75 euros.

* GAMELOFT a perdu 2,07% à 7,58 euros dans des volumes représentant 7,2 fois leur moyenne quotidienne des trois derniers mois, l'éditeur de jeux vidéo ayant souffert de prises de bénéfices après sa récente hausse, alors que des investisseurs nourrissaient mardi quelques doutes sur les objectifs du groupe malgré l'annonce d'une activité trimestrielle record.

Constance de Cambiaire, Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below