Wall Street finit en hausse après l'ISM manufacturier

vendredi 1 novembre 2013 21h29
 

NEW YORK (Reuters) - La Bourse de New York a terminé en hausse vendredi après une séance hésitante, le chiffre meilleur qu'attendu de l'indice ISM du secteur manufacturier l'emportant au bout du compte sur les craintes d'une baisse prochaine des achats d'obligations de la Réserve fédérale.

L'indice Dow Jones a gagné 69,80 points, soit 0,45%, à 15.615,55. Le Standard & Poor's 500, plus large, a pris 5,10 points (+0,29%) à 1.761,64 et le Nasdaq Composite - qui a passé la majeure partie de la séance dans le rouge - affichait en clôture une progression de 2,34 points (+0,06%) à 3.922,04.

L'Institute for Supply Management (ISM) a annoncé que son indice de l'activité du secteur manufacturier avait atteint 56,4 en octobre, un chiffre supérieur aux estimations des analystes, qui le donnaient en moyenne à 55,0, et au plus haut depuis avril 2011.

Cet indicateur est de bon augure pour la croissance du quatrième trimestre mais il complique le débat en cours sur l'évolution des achats d'obligations de la Réserve fédérale et le calendrier du "tapering", la réduction progressive de ce soutien clé de la banque centrale au crédit et aux marchés financiers.

Un autre indicateur manufacturier, l'indice Markit des directeurs d'achats (PMI), a toutefois entretenu le doute: à 51,8, il a certes dépassé l'estimation initiale mais il est au plus bas depuis un an. L'ISM et le PMI sont calculés selon deux méthodologies différentes.

Pesant en outre sur la tendance, le secteur de l'énergie a cédé 0,31% en réaction à la baisse marquée des cours du pétrole. Sur le Nymex, le brut léger américain a fini la journée en baisse de 1,75% et le Brent de près de 3%.

CHEVRON ET AIG EN BAISSE

Aux valeurs, le pétrolier Chevron a perdu 1,63%, la plus forte baisse du Dow Jones, après des résultats moins soutenus qu'attendu, pénalisés entre autres par la dégradation des marges.

L'assureur American International Group (AIG) a quant à lui chuté de 6,52% au lendemain de ses trimestriels: si ses résultats globaux ont dépassé le consensus des estimations d'analystes, certains investisseurs ont jugé décevantes les performances de ses activités d'assurance dommages et notent que le groupe a bénéficié d'une fiscalité favorable.   Suite...

 
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS