La conformité plus coûteuse que la solvabilité pour les banques

jeudi 31 octobre 2013 18h59
 

par Steve Slater

LONDRES (Reuters) - Les coûts supportés par le secteur bancaire pour apurer les errements passés ou se mettre en conformité avec les nouvelles règles en matière de déontologie dépassent la centaine de milliards de dollars et menacent d'excéder ceux liés aux nouvelles exigences de liquidité et de capitalisation.

Cette semaine, Deutsche Bank, UBS et Lloyds ont fait état d'une montée des provisions ou des charges pour litiges en cours tandis que Rabobank a accepté de payer une amende -de 1,1 milliard de dollars- dans le scandale du Libor.

Alors même que les investigations se poursuivent sur la manipulation présumée de ces taux interbancaires, le marché des changes se trouve lui aussi au coeur de soupçons de pratiques frauduleuses et JP Morgan comme Standard Chartered ont mis en congé forcé leur responsable des activités de trading sur certaines devises, selon des sources proches du dossier.

"Il y a tout un nouvel environnement réglementaire qui a émergé après la crise financière et l'ensemble du secteur en est encore à essayer de s'y adapter", a déclaré à Reuters Mike Rees qui dirige les activités de banque de financement de Standard Chartered.

"Tout le monde s'est concentré sur les règles en matière de liquidité et de fonds propres mais je pense que les coûts les plus élevés pour l'industrie concerneront les règles qui nous seront appliquées au titre des codes de bonne conduite".

JP Morgan a trouvé un accord préliminaire mais incertain avec les autorités américaines prévoyant le versement de 13 milliards de dollars et de dédommagements au titre des procédures ouvertes à son encontre pour la commercialisation d'actifs adossés à des prêts à hauts risques (subprime).

Cet accord porterait à près de 85 milliards les montants des dédommagements et règlements amiables payés par les banques américaines ces quatre dernières années au titre de la crise du crédit et des prêts hypothécaires à risque, selon les calculs de SNL Financial.

En Europe, le secteur bancaire, principalement en Grande-Bretagne a provisionné ou déboursé plus de 40 milliards de dollars en compensations ou amendes diverses.   Suite...