Iran et changes éclipsent le rebond de Renault en Europe

jeudi 24 octobre 2013 19h57
 

par Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - Renault a fait état jeudi d'une baisse de 3,2% de son chiffre d'affaires au troisième trimestre, l'arrêt de son activité en Iran et des effets de change défavorables éclipsant la poursuite de la remontée du groupe en Europe.

Le deuxième constructeur automobile français, qui a vu sur la période ses immatriculations mondiales augmenter de 3,1%, a maintenu ses objectifs 2013 d'une hausse des ventes en volume et d'une marge et d'un free cash-flow opérationnel de l'automobile positifs. Au premier semestre, la marge avait atteint 211 millions d'euros pour un free cash-flow quasiment à l'équilibre.

"En Europe, le marché semble se stabiliser à un niveau bas, en enregistrant une légère hausse de 2,5%", indique Renault dans un communiqué. "Dans ce contexte, et tout en poursuivant sa politique de vente vertueuse, le groupe voit ses volumes augmenter de 10,2% et accroît sa part de marché de 0,6 point à 9,1%."

Cette progression, fruit de lancements comme le 4X4 urbain Captur, le plus vendu de sa catégorie en Europe, a permis à Renault de maintenir ses tarifs malgré la réapparition de pressions sur les prix dans le secteur.

A titre de comparaison, PSA a vu ses ventes reculer de 5,7% sur le continent au troisième trimestre, et sa part de marché sur neuf mois tomber à 11,9%. En revanche, le chiffre d'affaires total de PSA a enregistré une baisse similaire à celle de Renault, de 3,7%.

Comme son concurrent, Renault a été pénalisé sur le trimestre par la baisse face à l'euro de nombreuses devises des pays émergents (peso argentin, real brésilien, rouble russe et roupie indienne), qui a eu un impact négatif de 5,7 points sur le chiffre d'affaires de la division automobile.

Renault, dont le chiffre d'affaires de l'activité bancaire a progressé de 0,4% au troisième trimestre, a également observé un gonflement de ses stocks, à 75 jours de ventes - au rythme de la période écoulée - à la fin septembre, contre 67 jours fin juin.

"Nous reconnaissons que ce niveau est un peu trop élevé, mais à un moment où la dynamique des ventes semble accélérer, nous ne souhaitons pas réduire la production en Europe et prendre le risque de manquer des opportunités commerciales", a déclaré le directeur financier Dominique Thormann au cours d'une téléconférence avec les analystes.   Suite...

 
Dans le port de Koper, en Turquie, avant l'exportation vers l'Europe de véhicules produits dans le pays. Le constructeur automobile français a enregistré une baisse de 3,2% de son chiffre d'affaires au troisième trimestre, reflet de l'arrêt de son activité en Iran et d'effets de changes défavorables. Ses immatriculations mondiales ont augmenté de 3,1% sur la période. /Photo prise le 14 octobre 2013/REUTERS/Srdjan Zivulovic