RPT-Le ralentissement de Gucci plombe le 3e trimestre de Kering

jeudi 24 octobre 2013 23h50
 

Répétition du titre.

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Kering a vu sa croissance organique ralentir au troisième trimestre, marquée par une forte décélération chez Gucci, sa marque phare qui enregistre sa plus faible croissance depuis quatre ans.

Les ventes totales du groupe de luxe et de mode sportive ont signé une hausse limitée à 3,4% à taux de change constant, après une progression de 4,2% au premier semestre.

La griffe florentine, qui pèse pour près de 60% de la rentabilité du groupe, a brutalement décéléré avec une croissance organique tombée à seulement 0,6%, alors que les analystes anticipaient un ralentissement à 2%.

La marque a accusé un recul "à un chiffre" en Chine, où le trafic reste faible en magasin et des ventes "légèrement négatives" en Europe, où la consommation locale a été faible et où le nettoyage du réseau de distribution opéré en Italie a pesé, aux dires du directeur financier de Kering, Jean-Marc Duplaix.

Comme son rival Louis Vuitton, principal centre de profit de LVMH, Gucci pâtit d'un manque d'exclusivité. La croissance de Vuitton est quant à elle tombée, selon les analystes à 1% ou 2%, des performances qui contrastent avec la solide croissance affichée par le britannique Burberry ou l'italien Prada.

Les deux griffes devenues des géants du secteur - les ventes de Vuitton dépassent les sept milliards d'euros, celles de Gucci les 3,6 milliards - opèrent une montée en gamme pour se repositionner sur le créneau des sacs en cuir autour de 3.000 euros.

"ENCORE DU TRAVAIL À FAIRE"   Suite...

 
Lors de la présentation de la collection Gucci pour l'automne/hiver 2013. Kering a vu sa croissance organique marquer le pas au troisième trimestre, plombée par une forte décélération de sa marque phare Gucci et par une nouvelle baisse des ventes de son équipementier sportif Puma. /Photo prise le 20 février 2013/REUTERS/Alessandro Garofalo