Caudalie et le "chic" à la française, un sésame à l'export

mercredi 23 octobre 2013 16h48
 

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Caudalie, la marque française de cosmétiques à base de produits de la vigne, mise sur sa proximité avec un prestigieux vignoble bordelais pour accélérer son développement international et tirer profit d'un immense potentiel asiatique.

Pionnière dans son domaine, la marque créée en 1995 a voulu exploiter les vertus antioxydantes des actifs tirés des pépins de raisins ou des sarments de vigne, pour concevoir des produits ciblés et offrant l'image, très prisée de la clientèle internationale, d'un certain art de vivre à la française.

L'histoire de Caudalie - un terme qui désigne l'unité de mesure de la persistance aromatique d'un vin - est liée au Château Smith Haut Lafitte, un grand cru classé de Graves acquis en 1990 par l'ancien propriétaire des magasins Go Sport, père de la co-fondatrice de la marque, Mathilde Thomas.

"Lors des vendanges, un chercheur en pharmacie, Joseph Vercauteren, nous a expliqué que la vigne était un trésor de matières premières inexploitées", raconte-t-elle.

Quatre ans après sa création, la société ouvrait le premier SPA en France axé sur la "vinothérapie", installé sur le prestigieux domaine et devenu la vitrine haut de gamme de la marque.

Les produits, développés par l'entreprise dans un laboratoire de la "cosmetic valley" française, à Saint-Jean-de-Braye (Loiret), sont ensuite fabriqués par un sous-traitant à Angers (Loire).

Les fondateurs de l'entreprise, Mathilde et Bertrand Thomas, ont misé sur l'international il y a dix ans en ouvrant une filiale aux Etats-Unis, mais ont voulu accélérer la cadence en s'installant physiquement à New York en 2011.

"Il fallait être sur place pour bien comprendre les circuits de distribution", a observé Mathilde Thomas, lors d'un entretien téléphonique avec Reuters.   Suite...

 
Dans le spa de Caudalie installé à Martillac près de Bordeaux. Créée en 1995, la marque entend exploiter les vertus antioxydantes des produits de la vigne et offrir l'image, très prisée de la clientèle internationale, d'un certain art de vivre à la française. /Photo prise le 15 octobre 2013/REUTERS/Regis Duvignau