La BCE fixe le cadre de l'évaluation bancaire

mercredi 23 octobre 2013 13h41
 

par Eva Taylor et Jonathan Gould

FRANCFORT (Reuters) - La Banque centrale européenne (BCE) a présenté mercredi les grandes lignes de l'évaluation des principales banques de la zone euro qu'elle doit conduire avant d'en assurer la supervision, un exercice crucial pour sa crédibilité et le rétablissement de la confiance dans le système bancaire.

La BCE veut identifier les risques potentiels dans les bilans des banques dont elle doit reprendre aux autorités nationales la responsabilité de la supervision en novembre 2014.

Présentant les principales caractéristiques de cette évaluation de la qualité des actifs des 128 principales banques européennes, la BCE a dit qu'elle utiliserait de nouvelles définitions plus strictes proposées par l'Autorité bancaire européenne (ABE), notamment en ce qui concerne les prêts douteux.

"Une évaluation complète unique de l'ensemble des banques importantes, représentant quelque 85% du système bancaire de la zone euro, est une avancée importante pour l'Europe et pour l'avenir de l'économie de la zone euro", a déclaré le président de la BCE Mario Draghi.

"Nous espérons que cette évaluation renforcera la confiance du secteur privé dans la solidité des banques de la zone euro et la qualité de leurs bilans", a-t-il ajouté.

La BCE a dit qu'elle aurait terminé son évaluation en octobre 2014, un mois avant d'assumer la supervision des principales banques de la zone euro, un calendrier dont certains responsables ont estimé qu'il pourrait être difficile à tenir.

REGLES PLUS STRICTES SUR LES PRÊTS DOUTEUX

Si des besoins de renforcement des fonds propres sont identifés, les banques devront les combler, a indiqué la BCE. Mario Draghi a déjà dit que des "fonds de secours publics" devraient aussi être mis en place le cas échéant.   Suite...

 
La Banque centrale européenne à Francfort. La BCE a présenté les grandes lignes de l'évaluation des principales banques de la zone euro qu'elle doit conduire avant d'en assurer la supervision en novembre 2014. Elle entend notamment identifier les risques potentiels dans les bilans des établissements. /Photo prise le 6 juin 2013/REUTERS/Ralph Orlowski