Les valeurs à suivre sur les marchés américains

mercredi 23 octobre 2013 12h17
 

NEW YORK (Reuters) - Principales valeurs à suivre mercredi à Wall Street :

* JP MORGAN & CHASE. L'accord préliminaire trouvé entre la banque et la justice américaine d'un montant de 13 milliards de dollars pourrait ne lui coûter que neuf milliards après déductions fiscales, a-t-on appris mardi de deux sources proches du dossier.

La banque brésilienne Grupo BTG Pactual étudierait par ailleurs la possibilité d'une offre sur l'activité physique de matières premières de JPMorgan, dont le groupe espère tirer jusqu'à 3,3 milliards.

* AMGEN. Le groupe pharmaceutique a publié mardi soir des résultats trimestriels meilleurs qu'attendu et revu en hausse sa prévision de chiffre d'affaires pour l'ensemble de 2013, tablant désormais sur une fourchette de 18,3-18,5 milliards de dollars au lieu de 17,8-18,2 milliards.

Dans les transactions d'après-Bourse, l'action gagnait 1% à 117,50 dollars après une clôture à 116,21 sur le Nasdaq.

* CORNING. Le fabricant du verre inrayable Gorilla Glass a annoncé un accord de coopération avec Samsung Electronics qui devrait avoir un impact positif sur ses résultats dès l'année prochaine, et va en outre procéder à un rachat d'actions de deux milliards de dollars.

En après-Bourse, le titre s'envolait de 28%.

* NETFLIX. Le financier Carl Icahn a réduit de moitié sa participation dans le service de vidéo en ligne, à 4,5% contre 9,4% en juin, selon un avis boursier publié après la clôture mardi.

La vente de trois millions d'actions entre le 10 octobre et le 21 octobre lui a rapporté une plus-value de 700 ou 800 millions d'euros compte tenu de l'envolée de 457% du titre depuis qu'il avait acquis ses parts il y a 14 mois - un investissement juteux que le milliardaire a attribué au flair de son fils Brett, gérant de sa firme Icahn Enterprises.   Suite...

 
L'action JP Morgan & Chase est à suivre sur les marchés américains. L'accord préliminaire trouvé avec la justice américaine d'un montant de 13 milliards de dollars pourrait ne coûter à la banque que neuf milliards après déductions fiscales. /Photo prise le 19 septembre 2013/REUTERS/Neil Hall