La reprise du marché du travail ralentit aux Etats-Unis

mardi 22 octobre 2013 16h17
 

par Lucia Mutikani

WASHINGTON (Reuters) - L'économie américaine a créé nettement moins d'emplois qu'attendu en septembre, suggérant une pause dans la reprise du marché du travail qui justifie a posteriori la décision de la Réserve fédérale de différer le début de normalisation de sa politique monétaire.

Le département du Travail a recensé la création de 148.000 postes non agricoles en septembre alors que les économistes interrogés par Reuters en anticipaient en moyenne 180.000.

Le chiffre d'août a été toutefois revu en hausse, à 193.000 au lieu de 169.000 initialement annoncé, mais celui de juillet a été révisé sensiblement en baisse à 89.000 -un plus bas depuis juin 2012- contre 104.000 estimé précédemment.

Seule note positive, le taux de chômage -calculé à partir d'une enquête distincte auprès des ménages- a reculé à 7,2%, son niveau le plus faible depuis novembre 2008, alors que les économistes l'attendaient majoritairement stable à 7,3%.

La statistique mensuelle de l'emploi, l'une des plus suivies par les marchés financiers, a été publiée avec plus de deux semaines de retard en raison de la fermeture partielle des services fédéraux américains entre le 1er et le 16 octobre.

Sa livraison de septembre donne à penser que la dynamique de la reprise a commencé à ralentir avant même le bras de fer entre démocrates et républicains sur le budget qui a paralysé l'administration fédérale pendant plus de deux semaines.

Le 18 septembre, à l'issue de sa réunion monétaire, la Réserve fédérale avait pris les marchés à revers en annonçant un maintien de ses rachats d'achats au rythme de 85 milliards de dollars par mois, alors qu'elle avait jusque-là laissé prévoir une réduction de ses mesures de soutien.

WALL STREET APPRÉCIE, PAS LE DOLLAR   Suite...

 
Lors d'une foire pour l'emploi de professionnels de santé à Denver, dans le Colorado. L'économie américaine a créé nettement moins d'emplois qu'attendu en septembre, suggérant une pause dans la reprise du marché du travail qui justifie a posteriori la décision de la Réserve fédérale de différer le début de normalisation de sa politique monétaire. /Photo prise le 9 avril 2013/REUTERS/Rick Wilking