RWE attend les offres pour DEA d'ici la fin décembre

vendredi 18 octobre 2013 19h00
 

FRANCFORT (Reuters) - Le groupe allemand de services aux collectivités RWE a demandé aux candidats au rachat de sa filiale DEA d'exploration pétrolière et gazière de soumettre leurs offres d'ici la fin décembre pour une opération qui pourrait lui rapporter jusqu'à cinq milliards d'euros, ont déclaré à Reuters trois sources proches du dossier.

Confronté aux pertes d'exploitation d'une partie de ses centrales électriques, à un endettement de 35 milliards d'euros et aux besoins d'investissement dans les énergies renouvelables dans le cadre de la transition énergétique en Allemagne, RWE avait annoncé en mars son intention de se séparer de DEA.

"Les offres sont attendues autour de Noël", a déclaré une des sources. RWE avait dit auparavant vouloir finaliser la vente l'année prochaine.

Présente dans 14 pays dont l'Allemagne, la Grande-Bretagne, la Norvège et l'Egypte, DEA emploie environ 1.400 personnes et a contribué à hauteur de 11% au résultat opérationnel de RWE en 2012.

Elle possède des intérêts dans environ 190 concessions pétrolières ou gazières en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, dont un certain nombre ne sont pas en exploitation et nécessitent d'importants investissements.

Wintershall, la filiale pétrolière et gazière du chimiste allemand BASF a d'ores et déjà fait état de son intérêt pour DEA.

KKR ET BLACKSTONE POURRAIENT ÊTRE INTÉRESSÉS

Des géants du capital-investissement comme KKR et Blackstone sont aussi susceptibles de faire une offre, selon deux des sources. Ils pourraient reprendre l'ensemble pour le vendre par appartement, a dit l'une d'entre elles.

Des banquiers spécialistes du secteur des services aux collectivités s'attendent à ce que l'énergéticien britannique Centrica manifeste aussi son intérêt.   Suite...

 
Le groupe allemand de services aux collectivités RWE a demandé aux candidats au rachat de sa filiale DEA d'exploration pétrolière et gazière de soumettre leurs offres d'ici la fin décembre pour une opération qui pourrait lui rapporter jusqu'à cinq milliards d'euros, selon trois sources proches du dossier. /Photo prise le 15 avril 2013/REUTERS/Ina Fassbender