Une série d'avertissements fragilise le rally en Europe

mercredi 16 octobre 2013 20h10
 

PARIS/LONDRES (Reuters) - Une vague d'avertissements sur résultats à l'occasion de la publication des comptes du troisième trimestre a conduit les analystes européens à revoir en baisse leurs prévisions de bénéfices pour l'exercice en cours, en particulier pour les valeurs bancaires, technologiques et de produits de base, montrent les données de Thomson Reuters.

Le consensus des anticipations sur les résultats des entreprises du Stoxx 600 a été abaissé de 0,5% au cours des deux dernières semaines selon Starmine, les analystes prenant en compte les avertissements lancés par des entreprises comme l'ascensoriste Schindler ou l'équipementier pour la défense Chemring.

Avec un ratio de deux dégradations d'analystes pour une révision en hausse, le momentum des prévisions de bénéfices - considéré comme déterminant pour la poursuite de la hausse des indices alors que le soutien des banques centrales semble se dérober - reste orienté à la baisse.

"Ce n'est pas que les résultats ne finiront pas par augmenter si la reprise continue, mais il y aura un décalage un peu plus long que d'habitude entre la reprise économique et celle des bénéfices", déclare Daniel McCormack, stratégiste chez Macquarie, qui anticipe une baisse de l'ordre de 5% des résultats des entreprises européennes cette année.

Dans les trois secteurs les plus touchés, les prévisions bénéficiaires des producteurs de produits de base ont été abaissées de 2,8% au cours des deux dernières semaines, celles des valeurs financières de 2,3% et celles des fabricants de matériels informatiques de 2,0%.

Le secteur des produits de base est affecté par l'évolution de la demande en raison notamment du ralentissement de la croissance économique chinoise alors que l'offre reste abondante, a souligné Daniel McCormack.

Les résultats mitigés, voire décevants, d'Intel mais aussi des grandes banques américaines comme Citigroup ou JPMorgan ont aussi pu motiver des révisions pour certaines valeurs des secteurs correspondants en Europe.

Les entreprises qui ont subi le plus grand nombre de révisions en baisse de la part des analystes sont celles qui ont averti sur leurs résultats ou publié des chiffres trimestriels inférieurs au consensus, comme Nokian Tyres et l'organisateur de paris William Hill dégradés par 14 analystes, ou le spécialiste de la surveillance sismique TGS Nopec et le distributeur Tesco dégradés l'un comme l'autre par 15 analystes.

LA CHINE, PEU CÂLINE   Suite...

 
Une vague d'avertissements sur résultats à l'occasion de la publication des comptes du troisième trimestre a conduit les analystes européens à revoir en baisse leurs prévisions de bénéfices pour l'exercice en cours, en particulier pour les valeurs bancaires, technologiques et de produits de base, montrent les données de Thomson Reuters. /Photo d'archives/REUTERS/Régis Duvignau