Rebond du marché européen en septembre

jeudi 17 octobre 2013 08h35
 

PARIS (Reuters) - Le marché automobile européen a progressé de 5,5% en septembre, confortant le scénario d'une fin du déclin des ventes en Europe, sauf pour PSA Peugeot Citroën et Fiat.

Selon des données publiées mercredi par l'Association des constructeurs européens d'automobiles (Acea), les immatriculations de voitures neuves ont atteint 1,19 million d'unités le mois dernier, contre 1,13 million un an plus tôt, total qui avait représenté un creux depuis 2003.

"Le pire est passé. La baisse des ventes a sensiblement ralenti et nous voyons des signes de reprise de la demande", a déclaré Peter Fuss, partenaire chez Ernst & Young Global Automotive Centre.

La performance du mois s'explique notamment par un marché britannique toujours porteur et un jour ouvrable supplémentaire par rapport à septembre 2012. Il s'agit toutefois seulement du troisième mois de hausse des immatriculations en Europe en deux ans.

PSA (-3,0%) et Fiat (-3,4%) sont les deux seuls constructeurs généralistes à voir leurs immatriculations baisser en Europe en septembre. Au sein du groupe italien, la mauvaise performance des marques Lancia/Chrysler (-19,9%) et Alfa Romeo (-15,3%) éclipse la marque Fiat (+0,3%).

Chez PSA, Peugeot recule de 2,2% et Citroën de 4,1%. Sur les neuf premiers mois de l'année, la part de marché du groupe tombe à 10,9% contre 11,8% un an plus tôt, alors que PSA s'est donné pour objectif de la ramener autour de 13% sur l'ensemble de l'année 2013.

Les derniers lancements du groupe PSA (208, 2008 et C4 Picasso) n'ont pas suffi à inverser la tendance, contrairement au groupe Renault qui tire son épingle du jeu grâce à ses dernières nouveautés (Clio, Captur et Sandero).

La part de marché du groupe Renault passe de 8,3% à 8,7% à la faveur d'un bond de 21,8% des immatriculations en septembre (+17,4% pour la marque Renault et +39,6% pour la marque low cost Dacia).

LA GRANDE-BRETAGNE SE DISTINGUE À NOUVEAU   Suite...

 
Le marché automobile européen a progressé de 5,5% en septembre, à la faveur d'un marché britannique qui reste porteur et d'un jour ouvrable supplémentaire par rapport au même mois de 2012. /Photo d'archives/REUTERS/Mick Tsikas