October 13, 2013 / 8:07 AM / 4 years ago

Priorité au développement de partenariats pour PSA, dit Bercy

2 MINUTES DE LECTURE

Selon le ministre de l'Economie Pierre Moscovici, la question du redressement du groupe PSA Peugeot Citroën n'est pas en priorité celle d'une entrée de l'Etat ou d'un autre constructeur automobile dans son capital mais plutôt le développement de "bons partenariats industriels". /Photo d'archives/Christian Hartmann

WASHINGTON (Reuters) - La question du redressement du groupe PSA Peugeot Citroën n'est pas en priorité celle d'une entrée de l'Etat ou d'un autre constructeur automobile dans son capital mais plutôt le développement de "bons partenariats industriels", a déclaré samedi le ministre français de l'Economie.

Selon des sources proches du dossier, PSA prépare une augmentation de capital de trois milliards d'euros, partagée à égalité entre l'Etat français et le chinois Dongfeng.

"La question aujourd'hui n'est pas d'abord celle de l'entrée de l'Etat ou d'un constructeur au capital, c'est celle des bons partenariats industriels à développer pour PSA", a cependant dit Pierre Moscovici, lors d'une conférence de presse en marge de la réunion annuelle du Fonds monétaire international (FMI).

Il a souligné que l'Etat français suivait le constructeur automobile "avec attention" et fait valoir que c'était "tout à fait logique" compte tenu de la garantie apportée à la filiale bancaire PSA Banque, à hauteur de sept milliards d'euros.

"Et puis, il y a aussi des enjeux économiques, sociaux, industriels tout à fait majeurs, liés à la situation de l'industrie automobile française et notamment ce constructeur", a ajouté le ministre de l'Economie.

La stratégie de PSA est définie par la direction du groupe, qui a fait savoir qu'elle travaillait à l'extension du champ de ses partenariats industriels existants, notamment avec General Motors et Dongfeng, a-t-il rappelé.

L'Etat suit notamment la mise en oeuvre de cette stratégie du groupe "à travers (...) le comité de suivi de la garantie", a ajouté Pierre Moscovici.

Jan Strupczewski, avec Emmanuel Jarry à Paris, édité par Eric Faye

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below