Allié à Dongfeng, PSA resterait français grâce à l'Etat

dimanche 13 octobre 2013 21h34
 

Répétition du titre

par Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - La perspective d'une entrée de l'Etat français et du chinois Dongfeng au capital de PSA Peugeot Citroën, acculé financièrement, pose la délicate question de savoir qui contrôlera le premier constructeur automobile français.

Des sources proches du dossier ont déclaré vendredi à Reuters que PSA préparait une augmentation de capital de trois milliards d'euros qui verrait l'Etat et Dongfeng, groupe public, investir chacun 1,5 milliard d'euros et prendre chacun une participation de 20% à 30%.

Selon les sources, la famille Peugeot, principal actionnaire avec 25,4% du capital, accepterait de perdre au passage le contrôle de l'entreprise qu'elle a fondée il y a 200 ans. Même si un accord n'est pas envisagé avant la fin de l'année, la structure actionnariale qui semble se dessiner permettra à PSA de rester sous pavillon français.

"Dans ce scénario, ce sont l'Etat français et la famille Peugeot qui auront le contrôle de PSA", note une source bancaire française.

"Là, il semble que le motif principal du gouvernement français serait d'éviter un passage sous contrôle chinois", commente Bernard Jullien, directeur du réseau international de recherche sur l'automobile GERPISA. "C'est un peu décevant si (...) par la suite ils laissent la direction faire ce qu'elle veut."

La participation de l'Etat français, qui a fait savoir cet été qu'il procéderait à un arbitrage dans son portefeuille de participations pour financer de nouveaux investissements, permettra à PSA une levée de fonds importante. Ces trois milliards d'euros nécessaires au groupe représentent près de 70% de sa capitalisation boursière actuelle.

Elle permettra également de ménager une opinion et des syndicats encore sous le coup du vaste plan social engagé par PSA en France.   Suite...

 
Dans l'usine d'assemblage de Wuhan, en Chine, de la coentreprise entre PSA et Dongfeng. PSA Peugeot Citroën prépare une augmentation de capital de trois milliards d'euros qui verrait l'Etat français et le chinois Dongfeng prendre chacun une participation substantielle dans le constructeur automobile, selon des sources proches du dossier. /Photo prise le 2 juillet 2013/REUTERS/China Daily