Alitalia approuve un plan de sauvetage de 500 millions d'euros

dimanche 13 octobre 2013 21h34
 

par Alberto Sisto

ROME (Reuters) - Alitalia , compagnie aérienne italienne au bord de la faillite, a obtenu un sursis vendredi avec le vote par les membres de son conseil - dont Air France-KLM, premier actionnaire à hauteur de 25% - en faveur d'un plan de sauvetage de 500 millions d'euros.

Ce plan, piloté par le gouvernement italien et approuvé à l'unanimité, comprend une augmentation de capital de 300 millions d'euros et des lignes de crédit de 200 millions.

L'approbation du plan de sauvetage signifie que les avions d'Alitalia pourront continuer à voler au-delà du week-end après que le groupe pétrolier Eni a menacé de suspendre les livraisons de kérosène à la compagnie si rien n'était fait pour assurer la survie du groupe.

Alitalia a précisé que l'augmentation serait proposée aux actionnaires existants, tandis que la Poste italienne d'une part et les banques Intesa Sanpaolo et UniCredit d'autre part, ont assuré qu'elles souscriraient à hauteur de respectivement 75 millions et 100 millions d'euros à l'opération.

En outre, les deux banques vont fournir un crédit relais de 100 millions d'euros afin qu'Alitalia puisse faire face à ses besoins de financement immédiats.

Dans la foulée de l'annonce faite par Alitalia, un porte-parole d'Air France-KLM a dit que la compagnie franco-néerlandaise n'avait pas encore décidé de sa participation à l'augmentation de capital.

Si Air France-KLM, elle-même en difficulté avec le lancement cet automne d'un nouveau plan de départs concernant 2.800 postes, opte pour une souscription à l'opération à hauteur de sa participation, cela signifie qu'elle devra mettre 75 millions d'euros sur la table.

SOLUTION SUR LE LONG TERME   Suite...

 
Le conseil d'administration de la compagnie aérienne Alitalia a approuvé vendredi le projet d'augmentation de capital de 300 millions d'euros proposé par Rome, auquel Air France-KLM, premier actionnaire du groupe, a donné son accord. /Photo prise le 11 octobre 2013/REUTERS/Tony Gentile