October 10, 2013 / 6:13 AM / 4 years ago

Wall Street termine en ordre dispersé malgré Yellen

3 MINUTES DE LECTURE

LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS

NEW YORK (Reuters) - La Bourse de New York a terminé en ordre dispersé mercredi, le Dow Jones et le S&P 500 ayant effacé leurs pertes initiales après la confirmation de la nomination de Janet Yellen au poste de présidente de la Fed, mais la persistance de la crise budgétaire a freiné l'élan des investisseurs, pesant sur le Nasdaq.

L'arrivée de Janet Yellen à la tête de la Fed annoncée ce mardi soir est vue comme la promesse d'une réduction en douceur du soutien de la Fed à l'économie.

L'impasse politique incite cependant certains investisseurs à rester sur la réserve, voire à prendre quelques bénéfices au détriment des valeurs technologiques qui avaient progressé avant le "shutdown".

La publication dans la soirée des minutes de la Fed, qui ont montré que le maintien du programme américain de rachats d'actifs avait été obtenu de justesse, n'a eu qu'un effet provisoire sur les indices.

Le Dow Jones des 30 valeurs industrielles américaines a pris 0,18%, soit 26,45 points, à 14.802,98 points, le Standard & Poor's 500, indice de référence des gérants de fonds, s'est adjugé 0,06%, soit 0,95 point, à 1.656,40 points et le Nasdaq, à forte pondération technologique, a abandonné 0,46%, soit 17,06 points, à 3.677,78 points.

"Avec les incertitudes sur le shutdown et l'érosion quotidienne du PIB, malheureusement, des investisseurs vont commencer à vendre des éléments qui étaient bons jusqu'à présent au lieu de soutenir ceux qui sont restés en retrait. Or les technos ont très bien performé", explique Michael Matousek de US Global Investors.

Témoignant de la nervosité des investisseurs, l'indice CBOE Volatility, parfois qualifié de "baromètre de la peur", a progressé jusqu'à 20,19. Au delà de 20, on l'associe à des craintes sur la direction à court terme prise par le marché.

Aux valeurs, l'action Alcoa a avancé de 3,64% après avoir fait état mardi de résultats du troisième trimestre meilleurs que prévu, notamment en raison de gains de productivité et ce en dépit d'un contexte défavorable pour les prix.

Hewlett-Packard a de son côté bondi de 8,91% après que sa directrice générale eut déclaré s'attendre à une stabilisation de son activité en 2014 avant une accélération en 2015.

A la baisse, Yum Brands, maison mère de KFC, a plongé de 6,76% après avoir prévenu mardi qu'il lui faudrait plus de temps que prévu pour faire repartir ses ventes en Chine.

Caroline Valetkevitch, colas Delame pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below