9 octobre 2013 / 15:34 / dans 4 ans

Retour réussi de l'Espagne sur le marché de la dette long terme

L'Espagne a gagné un vote de confiance des marchés financiers mercredi en émettant un emprunt de 4,0 milliards d'euros à 31 ans, une émission obligataire qui a suscité une forte demande en dépit d'une situation économique encore fragile. /Photo d'archives/REUTERS/Andrea Comas

MADRID (Reuters) - L‘Espagne a gagné un vote de confiance des marchés financiers mercredi en émettant un emprunt de 4,0 milliards d‘euros à 31 ans, une émission obligataire qui a suscité une forte demande en dépit d‘une situation économique encore fragile.

L‘opération traduit une nette amélioration de la situation du pays par rapport à l‘an dernier, lorsqu‘il était au centre de la crise de la zone euro, obligé de payer jusqu‘à 7% d‘intérêt pour emprunter à dix ans sur des marchés devenus en quelques mois très défiants.

Les obligations à 5,15% émises mercredi, qui arriveront à échéance en octobre 2044, marquent le premier emprunt à très long terme du Trésor espagnol depuis 2009.

La demande a atteint 10 milliards d‘euros, plus de trois fois l‘objectif initial, et les investisseurs étrangers ont représenté plus de la moitié des ordres alors que Madrid ne pouvait compter l‘an dernier pratiquement que sur les banques et le fonds de pension public espagnols.

“En juillet, nous payions le même prix pour une maturité deux fois moins longue. Cela signifie que le marché a toujours de l‘appétit pour le papier espagnol (...) Ces rendements sont comparables à ceux auxquels nous émettions il y a six, huit, dix ans”, a déclaré une source du Trésor qui a requis l‘anonymat.

Avec cette émission, l‘Espagne a pratiquement bouclé son programme d‘emprunts 2013 et Madrid a annoncé la semaine dernière le remboursement anticipé de 12 milliards d‘euros d‘emprunts syndiqués souscrits à des taux élevés, ce qui lui permettra d‘économiser quelque 950 millions d‘euros d‘intérêts. Le Trésor pourrait même envisager une émission à 50 ans pour répondre à la demande de certains investisseurs.

Ce retour en grâce sur le marché de la dette est d‘autant plus surprenant que le redressement de l‘économie espagnole, lui, est lent.

Le produit intérieur brut (PIB) devrait certes avoir progressé au troisième trimestre, pour la première fois depuis plus de deux ans, mais cette reprise s‘annonce lente: si le Fonds monétaire international (FMI) a revu à la hausse ses prévisions, il prédit une contraction de 1,3% sur l‘ensemble de cette année et une croissance de 0,2% seulement l‘an prochain.

L‘export reste l‘unique moteur de l‘économie espagnole, alors que les ventes au détail ont enregistré en août leur 38e mois de baisse consécutif et que le chômage atteint 26%.

Fiona Ortiz; Marc Angrand pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below