Le "shutdown" rend Wall Street très instable, clôture en recul

mercredi 9 octobre 2013 08h03
 

par Chuck Mikolajczak et Julia Edwards

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a subi des pertes sensibles mardi, sur des prises de bénéfice qui ont touché certaines des valeurs les plus performantes de l'année, motivées par l'absence de progrès notables dans les débats budgétaires qui opposent démocrates et républicains.

Cette impasse atteste d'une crise politique qui risque d'affecter la situation budgétaire des Etats-Unis et leur reprise économique, ce qui ne contribue guère à rassurer des investisseurs qui, dans ces conditions, préfèrent se désengager de la Bourse et attendent de voir venir.

Le président Barack Obama s'est dit prêt à discuter des questions liées à l'adoption du budget 2014 mais une fois seulement les services fédéraux rouverts et le plafond de la dette relevé sans condition.

Le président républicain de la Chambre des représentants John Boehner s'est dit déçu du refus d'Obama de négocier sur le "shutdown" et sur le plafond de la dette, jugeant qu'il exigeait "une reddition sans condition" des républicains.

L'indice Dow Jones a perdu 159,71 points (1,07%) à 14.776,53 points, tandis que le S&P-500 a cédé 20,67 points (1,23%) à 1.655,45 points et que le Nasdaq Composite a lâché 75,54 points (2,00%) à 3.694,83 points.

La Bourse devient de plus en plus instable, en témoigne l'indice de volatilité du CBOE, dit indice de la peur, qui a fini en hausse de près de 5% à son plus haut niveau depuis le 20 juin. Il affiche une hausse de 21,5% sur les deux derniers jours.

"C'est une véritable guerre des nerfs pour les investisseurs qui ne veulent ni être pris dans un mouvement de liquidation porté par une situation de crise ni rater un rally si les choses s'arrangeaient", dit Sal Arnuk (Themis Trading).

Plus l'impasse budgétaire durera, plus il est vraisemblable que les dégâts économiques seront lourds, estiment des analystes, ce qui rend d'autant plus probable que la Réserve fédérale ne touche pas à son programme de rachat d'actifs.   Suite...

 
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS