Rome poursuit les négociations pour sauver Alitalia

mardi 8 octobre 2013 12h18
 

par Giselda Vagnoni et Alberto Sisto

ROME (Reuters) - Le gouvernement italien poursuivra mardi les négociations avec les dirigeants d'Alitalia pour tenter de maintenir la compagnie aérienne nationale en activité, aucun accord n'ayant pu être conclu lors de la réunion qui s'est tenue lundi.

Rome cherche une entité publique pour soutenir la compagnie qui se prépare à un rapprochement, a indiqué une source proche du dossier, ajoutant qu'une fusion avec son concurrent Air France-KLM était la solution la plus réaliste.

Le ministre italien des Transports, Maurizio Lupi, a déclaré lundi que son gouvernement n'avait jamais demandé à la compagnie publique de transport ferroviaire Ferrovie dello Stato (FS) d'investir dans Alitalia, en réaction à des informations selon lesquelles Rome cherchait une alliance entre les deux pour empêcher Alitalia de tomber aux mains d'un groupe étranger.

"Le gouvernement n'a jamais proposé à Ferrovie dello Stato d'investir dans Alitalia. Nous explorons toutes les options en vue d'un projet industriel pour sauvegarder un actif stratégique", a-t-il dit.

Il s'exprimait à la fin d'une réunion convoquée par le président du Conseil, Enrico Letta, avec les dirigeants d'Alitalia et des représentants d'UniCredit et Intesa Sanpaolo qui ont prêté de l'argent à la compagnie.

En France, le ministre des Transports, Frédéric Cuvillier, a également adopté un ton prudent, estimant qu'une éventuelle prise de contrôle d'Alitalia par Air France-KLM aurait "du sens" à condition de ne pas remettre en cause le redressement du groupe franco-néerlandais.

"Il appartient aux dirigeants d'Air France-KLM et d'Alitalia de voir s'il y a une chance d'aboutir", a-t-il déclaré dans un entretien à Reuters. "Les efforts faits par Air France-KLM ne peuvent être remis en cause pour une stratégie qui pourrait apparaître hasardeuse si elle n'était pas assez travaillée."

Frédéric Cuvillier, qui a récemment rencontré le PDG d'AF-KLM Alexandre de Juniac, a ajouté que les discussions entre les deux entreprises prendraient du temps, ajoutant : "Je ne sais pas si Alitalia en a."   Suite...

 
Le gouvernement italien poursuivra mardi les négociations avec les dirigeants d'Alitalia pour tenter de maintenir la compagnie aérienne nationale en activité, aucun accord n'ayant pu être conclu lors de la réunion qui s'est tenue lundi. /Photo d'archives/REUTERS/Chris Helgren