Les Bourses européennes reculent à mi-séance, Milan en hausse

mercredi 2 octobre 2013 13h16
 

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes reculaient autour de 0,5% mercredi vers la mi-séance, les investisseurs commençant enfin à être échaudés par la persistance de l'impasse budgétaire aux Etats-Unis, de mauvais augure pour les négociations encore plus cruciales sur le plafond de le dette.

À Paris, le CAC 40 cédait 0,7% (-29,49 points) à 4.167,11 points vers 12h05. À Francfort, le Dax reculait de 0,5% et à Londres, le FTSE abandonnait 0,77%. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 se repliait de 0,45%.

Après avoir clôturé en hausse mardi, comme la plupart des autres places mondiales, Wall Street devrait ouvrir en nette baisse d'après les premières indications disponibles.

A ce stade, le déblocage de l'impasse budgétaire, qui a conduit à la première fermeture des services de l'Etat en 17 ans, ne semble pas en vue.

Et, au-delà de cette fermeture, les intervenants de marché voient s'approcher le 17 octobre, date autour de laquelle les Etats-Unis risquent d'atteindre le plafond légal de la dette fédérale, ce qui les placerait de facto en situation de défaut, une situation bien plus redoutable a priori que le "shutdown".

Contre la tendance, la Bourse de Milan gagnait quelque 1,13%, à un plus haut de deux ans, dans la perspective de voir le gouvernement d'Enrico Letta recevoir la confiance du Parlement, évitant ainsi une nouvelle crise politique à l'Italie.

Vingt-cinq sénateurs italiens sont prêts à faire scission avec le reste du Peuple de la liberté (PDL, droite) de Silvio Berlusconi et à former leur propre groupe parlementaire, a déclaré mercredi matin le sénateur Roberto Formigoni. Ce nouveau groupe soutiendrait le governissimo (gouvernement de large entente) dirigé par Enrico Letta (centre gauche).

Cette anticipation d'un renforcement de la coalition gauche-droite au pouvoir, quelques jours après avoir été mis en péril par la démission de ministres proches de Silvio Berlusconi, se traduit également par une baisse du rendement des obligations souveraines italiennes qui revient à 4,38% après un pic de 4,73% atteint lundi.

En revanche, les coûts de financement des autres pays dits "périphériques" étaient en légère augmentation alors que ceux des pays du "coeur" de la zone euro s'inscrivaient en léger recul, signe que les investisseurs n'ont pas envie de prendre des risques démesurés.   Suite...

 
Les principales Bourses européennes reculaient autour de 0,5% mercredi vers la mi-séance, les investisseurs commençant enfin à être échaudés par la persistance de l'impasse budgétaire aux Etats-Unis, de mauvais augure pour les négociations encore plus cruciales sur le plafond de le dette. À Paris, le CAC 40 cédait 0,7% vers 12h05 et à Francfort, le Dax reculait de 0,5%. /Photo prise le 1er octobre 2013/REUTERS/Remote