Le temps de céder certaines marques approche pour Nestlé

mardi 1 octobre 2013 20h55
 

par Martinne Geller

LONDRES (Reuters) - Nestlé, le numéro un mondial de l'agroalimentaire, a laissé entendre mardi qu'il était près de céder ses marques non rentables et de traiter le problème de ses activités qui sous-performent depuis trop longtemps.

Le directeur général Paul Bulcke a déclaré à des investisseurs que Nestlé avait dressé les listes des activités qui pouvaient faire l'objet d'un redressement et de celles pour lesquelles ce n'était pas possible.

"Des désinvestissements, nous en ferons quelques-uns", a-t-il dit. "Nous voulons être dans l'action non dans le doute."

"Les listes définitives sont là et maintenant il est temps d'agir. Le calendrier (des cessions) doit être défini avec soin, mais nous devons passer à l'action", a-t-il ajouté lors d'une présentation à des investisseurs, en insistant sur le caractère prioritaire du remaniement du portefeuille d'activités.

Sans citer de marque spécifique, Paul Bucke a précisé que certaines d'entre elles "étaient sur l'écran radar depuis trop longtemps" sans qu'il se passe quoi que ce soit.

Laissant entendre que le processus de cessions était déjà engagé, des sources ont indiqué à Reuters la semaine dernière que la marque Powerbar de barres énergétiques pourrait être en vente.

Nestlé a moins bien performé que certains de ses concurrents au cours des quatre derniers trimestres, en raison notamment de sa très grande taille et de la multiplicité de ses marques, qui vont des aliments pour bébés Gerber à l'eau Perrier en passant par Nescafé, pour n'en citer que quelques-unes.

Le groupe a réalisé un chiffre d'affaires de 92,2 milliards de francs suisses en 2012, avec une capitalisation boursière de 203,81 milliards de francs suisses (166,33 milliards d'euros).   Suite...

 
Le directeur général de Nestlé Paul Bulcke a laissé entendre mardi que le numéro un mondial de l'agroalimentaire était près de céder ses marques non rentables et de traiter le problème de ses activités qui sous-performent depuis trop longtemps. /Photo prise le 11 avril 2013/REUTERS/Denis Balibouse