Première mesure en 15 ans pour contenir la dette du Japon

mardi 1 octobre 2013 11h49
 

par Tetsushi Kajimoto et Stanley White

TOKYO (Reuters) - Le Premier ministre japonais Shinzo Abe a annoncé mardi une décision qu'aucun de ses prédécesseurs n'avaient osé prendre au cours des 15 dernières années : le relèvement du taux de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) afin de commencer à reprendre le contrôle de finances publiques à la dérive.

Dans la foulée de la publication par la Banque du Japon (BoJ) d'une enquête trimestrielle montrant que les grandes entreprises n'ont jamais été aussi optimistes depuis six ans, Shinzo Abe a précisé que la TVA passerait de 5% à 8% à partir du 1er avril 2014.

Encouragé par cette enquête de la Banque du Japon - connue sous le nom de Tankan - et par une série d'indicateurs montrant que la troisième économie mondiale est sortie de sa léthargie depuis son arrivée au pouvoir fin 2012, Shinzo Abe a décidé de passe outre le traumatisme de 1997.

La décision du Premier ministre de l'époque - Ryutaro Hashimoto - de faire passer le taux de TVA de 3% à 5% avait été suivie peu de temps après d'une sévère récession pour le Japon.

Ce tour de vis fiscal n'a jamais été considéré par les économistes comme le seul élément déclencheur de la récession - il y avait également la crise financière en Asie puis les difficultés du secteur bancaire japonais - mais cela n'a pas empêché toute hausse de la TVA de devenir un sujet tabou pendant des années.

Pour minimiser les risques de voir une TVA plus élevée peser sur la croissance retrouvée du Japon, Shinzo Abe compte d'ailleurs annoncer un nouveau plan de relance budgétaire représentant quelque 5.000 milliards de yens (37,6 milliards d'euros).

La hausse de la TVA est censée augmenter les recettes fiscales de l'Etat de 8.000 milliards de yens par an.

PAYS DÉVELOPPÉ LE PLUS ENDETTÉ   Suite...

 
Etal dans Tokyo. Le Premier ministre japonais Shinzo Abe a annoncé un relèvement de la taxe sur la valeur ajoutée de 5% à 8% à partir du 1er avril 2014 afin d'améliorer les finances publiques. /Photo prise le 30 septembre 2013/REUTERS/Yuya Shino