ArcelorMittal cède à Alger le contrôle de ses opérations en Algérie

lundi 30 septembre 2013 10h34
 

PARIS (Reuters) - ArcelorMittal a annoncé dimanche céder la majorité de ses opérations en Algérie à l'Etat algérien dans le cadre d'un accord d'investissement de 763 millions de dollars (564 millions d'euros).

La compagnie publique Sider verra sa participation au capital d'ArcelorMittal Annaba et d'ArcelorMittal Tebessa monter de 30% actuellement à 51%, ArcelorMittal détenant le solde, a fait savoir le numéro un mondial de l'acier dans un communiqué.

Le montant de la transaction n'a pas été précisé.

Parallèlement, le plan d'investissement permettra d'assurer un avenir à long terme pour le complexe sidérurgique d'Annaba et les mines de Ouenza et de Boukhadra.

"L'accord vise à plus que doubler la capacité de production de l'usine portant les capacités de production de 1 million de tonnes à 2,2 millions de tonnes par an en 2017", souligne ArcelorMittal dans le communiqué.

Le plan d'investissement sera financé par apports en fonds propres des actionnaires ainsi que le recours au financement bancaire. Le pacte d'actionnaires sera signé dans les prochains jours.

Le Premier ministre algérien Abdelmalek Sellal, cité par l'agence APS, avait fait état le 17 septembre d'un prochain accord permettant à Alger de reprendre le contrôle du complexe d'Annaba, en précisant que la cession se ferait "au dinar symbolique".

ArcelorMittal avait acquis en 2011 70% de l'entité, qui appartenait auparavant à 100% à l'Etat algérien.

Sophie Louet, édité par Véronique Tison

 
ArcelorMittal annonce dimanche un accord stratégique avec le groupe public algérien Sider pour un plan d'investissement de 763 millions de dollars (564 millions d'euros) dans le complexe sidérurgique d'Annaba et dans les mines de Ouenza et Boukhadra. /Photo d'archives/REUTERS/Yves Herman