Les titres Royal Mail souscrits en quelques heures

samedi 28 septembre 2013 09h37
 

par Kylie MacLellan et Neil Maidment

LONDRES (Reuters) - L'ensemble des titres Royal Mail mis en vente dans le cadre de la privatisation partielle du groupe britannique de services postaux ont été souscrits en quelques heures vendredi, ont indiqué deux sources proches du dossier.

L'Etat pourrait retirer jusqu'à deux milliards de livres (2,4 milliards d'euros) de cette opération, l'une des plus importantes depuis celle des chemins de fer dans les années 1990, lorsque le conservateur John Major était Premier ministre.

Le gouvernement britannique avait dit qu'il voulait vendre entre 40,1% et 52,2% du capital de Royal Mail. En cas d'exercice de l'option du surallocation, la participation de l'Etat pourrait être ramenée à 30%.

Londres cédera ainsi une majorité du capital de Royal Mail, institution vieille de près de 500 ans, en vendant des actions dont le prix unitaire se situera dans une fourchette allant de 260 à 330 pence pièce, correspondant à une capitalisation de 2,6 à 3,3 milliards de livres.

En plus de cela, Londres va octroyer 10% du capital aux salariés de l'établissement, un pourcentage sans précédent lors d'une privatisation d'envergure, avec une première cotation à la Bourse de Londres prévue le 11 octobre.

Les particuliers pourront, moyennant un investissement minimal de 750 livres, se porter acquéreurs d'actions Royal Mail. Le gouvernement estime toutefois que 70% des titres mis en vente se retrouveront entre les mains d'investisseurs institutionnels.

Pour Robin Byde, analyste de Cantor Fitzgerald, la valorisation rend Royal Mail attrayant par comparaison avec des services européens tels qu'Oesterreichische Post ou le belge bpost, qui a fait son IPO en juin.

Royal Mail, dont le chiffre d'affaires dépasse neuf milliards de livres, a plus que doublé son bénéfice au cours de l'exercice fiscal achevé le 31 mars, et Michael Fallon, le ministre des Entreprises, a fait état il y a deux semaines d'un vif intérêt de la part d'investisseurs britanniques et étrangers.   Suite...

 
L'ensemble des titres Royal Mail mis en vente dans le cadre de la privatisation partielle du groupe britannique de services postaux ont été souscrits en quelques heures vendredi, selon deux sources proches du dossier. L'Etat pourrait retirer jusqu'à deux milliards de livres (2,4 milliards d'euros) de cette opération. /Photo prise le 12 septembre 2013/REUTERS/Darren Staples